Ma libre parole
FERSAN (Henri de)
35.00 €
Disponible en stock
"Henri de Fersan a créé deux revues, Le Libre Arverne et Les Lettres fersanes, où il déploie son talent de polémiste. Il en est à la fois le directeur et l'unique rédacteur. Son humour cinglant et sa verve pugnace renouent avec une vieille tradition de la droite française, de Rochefort à Léon Daudet en passant par Drumont et Bloy. Y a-t-il encore beaucoup d'écrivains de combat ? Il faut bien chercher pour les trouver. La presse française déverse son eau tiède et n'a plus le goût de l'invective. L'heure est au consensus généralisé et la droite molle n'a jamais aussi bien porté son nom. Rien de tel avec Henri de Fersan qui, tel un Béraud dont il a la silhouette bonhomme, fonce droit vers l'adversaire, ne le ménage pas et porte l'estocade avec une joyeuse santé. Sa force vient essentiellement de son indignation face à la décadence et à l'infamie de ce qu'il appelle "le racisme anti-français". On peut ne pas être d'accord avec ses vues mais il faut lui reconnaître du talent. C'est d'autant plus appréciable que ce talent est adossé à une culture historique sans faille ainsi qu'à des connaissances géopolitiques qui ne sont pas si fréquentes dans ce milieu" (Marc Laudelout, directeur du Bulletin Célinien).  

Dans la vague montante de la jeune presse nationaliste, Henri de Fersan est connu pour son insolence et son sens de la formule, Ce livre est le recueil de ses éditoriaux parus dans Le Libre Arverne et Les Lettres fersanes dans lequel il se livre à un véritable jeu de massacre - lobbies, institutions, puissants de toutes obédiences en prennent pour leur grade. Mais s'il est impitoyable avec les forts, il prend la défense des petits et des victimes du régime, des sans droits et des sans voix. Et quand le ministre corrompu, le journaliste aux ordres, le lobbyiste haineux et l'artiste de cour sont cloués au pilori; la petite fille handicapée, l'historien dissident, la victime de la racaille, le combattant de l'ombre ou la "tradinette" sont enfin honorés comme ils le méritent.