Catéchèse sur le sacrement de la réconciliation
MOREAU (Chanoine Gérard)
6.50 €
Disponible en stock
La création des mondes, des êtres, qui vivent sous le soleil, est une oeuvre d'amour. Ce n'est ni par besoin, ni par intérêt, que Dieu a créé. Dieu se suffit à Lui-même. Le motif de la Création, c'est l'amour. Plus un être est bon, plus il désire communiquer sa propre richesse, plus il souhaite que d'autres participent à son bonheur.
Toute oeuvre de Dieu est parfaite et le paradis terrestre, là où le premier couple humain a été établi par Dieu, était pure perfection. Mais le Tentateur est venu détruire l'ordre en tentant l'homme et la femme qui ont commis le péché originel. Alors, l'harmonie qui régnait dans l'univers a été rompue. Mais Dieu nous a promis un Sauveur et Il nous a donné le code de la route du Ciel, la loi qu'il fallait observer pour ne pas s'égarer. C'est le Décalogue.
Oui, nous avons été créés, nous aussi, par amour et c'est la volonté divine qui nous a appelés à la vie pour connaître, un jour, le bonheur du ciel.
Le péché est donc une opposition de la volonté de l'homme à la volonté de Dieu, qui elle, répétons-le, est une volonté d'amour. Tout péché est d'abord un manque d'amour. C'est le geste volontaire de l'homme qui refuse orgueilleusement de répondre à Dieu qui le sollicite et lui offre les véritables moyens qui le mèneront à son achèvement.
Dans ces pages que nous devons à la riche expérience sacerdotale du Chanoine Gérard Moreau, découvrons, ou plutôt redécouvrons, la puissance du sacrement de la réconciliation qui nous rétablit dans l'amitié avec Dieu et nous fait retrouver le chemin de l'Amour véritable.
Le but et l'effet de ce sacrement sont donc la réconciliation avec Dieu. Chez ceux qui reçoivent le sacrement de pénitence avec un coeur contrit, et dans une disposition religieuse, "il est suivi de la paix, de la tranquillité de la conscience qu'accompagne une forte consolation spirituelle" (CEC 1468).
Et puisque notre faiblesse fait de nous des pécheurs, recourons régulièrement au sacrement de pénitence, une fois par mois si possible.
Alors nos jours se passeront dans le bonheur retrouvé, dans la vraie joie et notre ascension spirituelle n'aura de cesse que nous arrivions au rendez-vous d'amour que nous a fixé le Père dans le Ciel.
Avec l'auteur, redécouvrons la confession individuelle. Elle permet un dialogue avec le prêtre, elle est particulièrement adaptée à une conversion personnelle "car mon péché, moi je le connais".
Le Christ, remarquons-le, n'a jamais remis les péchés à une foule, mais toujours à des personnes prises individuellement : "Tes péchés te sont remis, va et désormais ne pèche plus".