Allende, la face cachée. Antisémitisme et eugénisme
FARIAS (Victor)
20.50 €
Disponible en stock
"Les lecteurs de ce livre éprouveront peut-être comme moi le sentiment de se trouver face à un labyrinthe d'interprétations possibles des éléments que je viens d'exposer. Avec une hâte compréhensible, beaucoup opteront pour le silence et l'oubli." Extrait de la conclusion
"Tout cela doit nous faire réfléchir sur les conditions de la réflexion historique. Car ce que je porte à la connaissance du public conduit à des questions de doctrine très importantes qui, jusqu'alors, n'avaient pas été posées. Le sujet central, celui des relations entre éthique et politique, a été à peine retenu par les critiques de gauche. À tel point que l'on finit par croire que les problèmes moraux passent inaperçus à leurs yeux quand il s'agit d'excès commis par un des leurs." Extrait de l'introduction
"Pour Allende, une des causes naturelles de la délinquance est la "race", et il ajoute à cette affirmation étonnante que les Juifs sont génétiquement prédéterminés à un certain type de délinquance : "Les Hébreux se caractérisent par des formes déterminées de délit : escroquerie, fausseté, calomnie et, surtout, usure (.) Ces données font soupçonner une influence de la race sur la délinquance"." Extrait du prologue 
Victor Farias, docteur en philosophie, s'est déjà fait connaître en France avec le retentissant Heidegger et le nazisme (Verdier, 1987). Avec ce nouvel ouvrage, l'auteur poursuit son entreprise de déconstruction de nos mythes du XXè siècle. Après des études de philosophie et philologie allemande à Santiago du Chili (1957-1962), V. Farias suit l'enseignement de Martin Heidegger. Professeur de philosophie et culture latino-américaine à l'Université Catholique de Valparaiso et Santiago (1971-1973), puis chercheur à la Freie Universitat de Berlin (1974-2006), il enseigne depuis 2006 à l'Université Andrés Bello de Santiago du Chili. Il est notamment l'auteur de La izquierda chilena (1969-1973), Los manuscritos de Melquiades (1981), Los nazis en Chile (Barcelone, 2000 et Santiago de Chile, 2003).