Les armes de la nuit. Poèmes de guerre
ARETTE (Alexis)
14.95 €
Disponible en stock
On a dit que les plus émouvants poèmes de guerre, furent composés par ceux qui ne les ont pas faites mais seulement rêvées. L'imagination épique de Victor Hugo, par exemple, ne fut jamais gênée par les souvenirs sordides qui ressortent aussi du combat ; et ceux-là, sont si présents dans "Les armes de la nuit", qu'ici, l'altitude des vers ressemble à un arrachement. Alexis Arette s'exprime à partir des ventres jetés dans la boue sous les rafales, des tripes nouées par la peur, des gorges sèches, des corps défibrés par la fatigue et de l'odeur écoeurante du sang qui sèche. Tout cela, depuis Les croix de bois de Dorgelès, a été très bien dit en prose, alors, pourquoi, encore des vers ? parce que, Mallarmé l'a soutenu, les vers atteignent à "l'au-delà des mots", et que la guerre justement est le domaine de l'indicible ! Certes, il arrive qu'ici, le poète, comme le fit Apollinaire, se défausse du tragique par l'ironie. Mais c'est d'abord l'aveu d'humilité du soldat qui sait que ni la mort ni le soleil ne se laissent regarder en face. 
Avant de s'engager pour combattre en Indochine, Alexis Arette a vu ses poèmes de jeunesse couronnés par de nombreux jurys. Parachutiste, puis Chef de section dans les Commandos, il reviendra blessé, reprendre la ferme de ses parents. Militant syndicaliste, il est à trente ans nommé Premier Paysan de France, et fonde par ailleurs La Renaissance Aquitaine qui, depuis 50 ans, décerne de très divers prix littéraires. Il deviendra par la suite Président national de la Fédération Française de l'Agriculture, puis Conseiller régional d'Aquitaine, et président de sa commission culturelle. Co-créateur du Festival de la Chanson Béarnaise, et auteur de nombreuses créations dans les domaines littéraire et musical. Vice-président de l'Académie de Béarn, père de quatre fils, il est médaillé militaire et chevalier de la Légion d'Honneur.