Contre le modernisme - Etude de la tradition le sens catholique et l´esprit des pères
AUBRY (Abbé Augustin)
15.00 €
Disponible en stock
Le modernisme est le grand fléau des temps présents, et, peut-être, de toutes les erreurs inventées par l'enfer, la plus pernicieuse, parce qu'elle a pénétré jusqu'au sein de l'Église.
Dérivé du protestantisme et du kantisme, le modernisme fait bon marché de la Tradition catholique et de l'Autorité de l'Église ; il prend toute liberté sur le terrain religieux, accepte, à la suite de Kant et de Spencer, la critique de la raison pure ; c'est l'homme élaborant ses croyances, se faisant à lui-même sa révélation sans l'intervention de Dieu.
"Les modernistes, imprégnés jusqu'aux moelles d'un venin d'erreur puisé chez les adversaires de la foi catholique, amalgament le rationaliste et le catholique". Cet amalgame, ils l'opèrent en distinguant entre eux deux personnalités, celle du croyant soumis à l'Église et celle du savant indépendant de l'Église. Rien, dès lors, ne saurait empêcher le savant de chercher à procurer l'évolution du dogme. Ainsi arrive-t-on au résultat constaté par Pie X : "Le premier pas est fait par le protestantisme, le second par le modernisme, le prochain précipitera dans l'athéisme".