Refrains militaires
DEROULEDE (Paul)
3.05 €
Disponible en stock
Quand il écrit les "Refrains militaires", Paul Déroulède est en pleine possession de son art. Ce recueil constitue, avec les "Chants du paysan", le sommet de son oeuvre poétique. Après les hésitations et les quelques maladresses des premiers "Chants du soldat", Déroulède a poli sa méthode, affiné ses techniques, purifié, approfondi et diversifié son inspiration. Et cela nous vaut des pages immortelles : "La ballade du charbonnier", "Villanelle", "La peur", "Chant de marche", "Testament".
Ce seront aussi, hélas, les adieux de Déroulède à la poésie militaire, ce genre où il est resté le maître incontesté, car, mise à part la minuscule plaquette "Monsieur le hulan et les trois couleurs", il n'écrira plus de "chants du soldat". Bien sûr, son génie créateur éclatera dans d'autres genres littéraires, mais on peut regretter cet abandon qu'une tumultueuse carrière politique explique peut-être.
Voici donc ces prodigieux chants de liberté et d'indépendance. "Le charbonnier est maître chez soi" affirme fièrement le poète. Qui oserait dire aujourd'hui que le Français est maître chez lui ? Plus encore qu'en 1888, l'étranger est dans la place. Le pouvoir des financiers apatrides, les multinationales, les invasions de peuplades d'outre-mer, la présence hargneuse d'un parti aux ordres de l'étranger, tout cela exigerait de nous le courage de dire avec Déroulède : "Le charbonnier est maître chez soi". Car être libre n'est pas difficile, nous affirme-t-il. Il suffit de le vouloir, de se donner les moyens de se faire respecter, et de parler avec "ferme assurance".
Les "refrains militaires", c'est aussi, c'est surtout l'admirable "Testament", ce poème où se révèle pleinement la tendresse, la bonté, la modestie, l'amour de la paix (mais oui !) de Paul Déroulède. En fermant la dernière page de ses poésies militaires, Déroulède appelle la victoire de la France et l'oubli de lui-même.
En ce qui concerne cet oubli, il nous pardonnera de ne pas l'avoir obéi.
Préface de Jean-Pierre Hamblenne