Mahomet, fondateur de l´islam
LENOTRE (Maxime)
22.00 €
Disponible en stock
Environ quatorze siècles après les événements qui, au Proche-Orient, au VIIème siècle, ont vu la disparition de l'empire perse et la débâcle de l'empire romain de Byzance par l'entrée en scène d'une nouvelle puissance politico-religieuse que les contemporains appellent "les Arabes de Mahomet", la figure de ce grand conquérant garde toujours son mystère.
Pour la tradition islamique, c'est un prophète, le Prophète par excellence, les autres (parmi lesquels figure Jésus-Christ) n'ayant fait que l'annoncer. Tout s'explique par la volonté d'Allah, dont Mahomet n'est que l'instrument. Les islamologues officiels feignent de croire à cette version des faits en essayant d'en gommer les invraisemblances.
Pour la science historique moderne, représentée par quelques francs-tireurs courageux, les causes des événements seraient plus humaines, semblables à celles qui expliquent les conquêtes d'Alexandre et de César. Mais leurs explications laissent de côté l'aspect religieux de cette aventure lancée par ce grand homme de guerre doublé d'un homme d'Etat.
Un universitaire, Maxime Lenôtre, propose ici, après deux grands savants "politiquement incorrects" aujourd'hui injustement oubliés (mais récemment redécouverts par un chercheur israélien), une hypothèse qui éclaire les dernières recherches historiques par la prise en compte d'un paramètre qu'on avait trop oublié : l'intervention discrète des docteurs de la loi du "Peuple élu", toujours actif à l'époque au Proche-Orient.
Aussi bien cette aventure historique ne pourrait être qu'un nouvel avatar de la rivalité séculaire opposant les descendants des fils d'Abraham Isaac et Ismaël, les Israélites et les Arabes.
Le personnage de Mahomet y acquiert une crédibilité qui lui faisait défaut jusqu'à présent, sortant de la légende pour entrer dans l'Histoire, la vraie, qui n'oublie pas la dimension eschatologique sans laquelle l'émergence et la puissance de l'islam sont incompréhensibles.