Maurice Maignen, Frère de Saint Vincent de Paul, apôtre du monde ouvrier
CORBON (Père Richard)
28.00 €
Disponible en stock
"Les catholiques de France n'ont pris conscience de la question sociale que fort tardivement" : voilà ce qu'il n'est pas rare d'entendre de nos jours encore. C'est de l'historiquement correct ! L'action apostolique déployée par Maurice Maignen montre combien cela est faux. Ce "frère laïque" des Frères de Saint-Vincent-de-Paul -congrégation issue de la Société de Saint-Vincent-de-Paul, en 1845 - est une figure représentative des premiers artisans du "mouvement social catholique", ces "catholiques sociaux" qui ont préparé l'Encyclique Rerum Novarum.
La question sociale est liée à la question religieuse. Quelle est désormais la place de l'Église dans la société ? Quel est son rôle ? Le libéralisme tend à cantonner le religieux dans le domaine du privé. Quelle parole l'Église peut-elle alors prononcer sur des faits de société tels ceux touchant le monde ouvrier ? Les catholiques sociaux s'engagent. Ils osent parler. Non seulement par des discours mais aussi par des "oeuvres".
Ainsi fait Maurice Maignen. Patronage des Apprentis, Association des Jeunes Ouvriers, Cercles Catholiques d'Ouvriers sont autant d'étapes visant à rétablir les communautés de métiers mises à mal par la Révolution française. Ce sont également des oeuvres de formation religieuse. Car naturel et surnaturel s'appellent, se combinent et se soutiennent. 
Le Père Richard Corbon a rempli diverses fonctions dans la congrégation des Frères de Saint-Vincent-de-Paul : professeur au Scolasticat, Assistant puis Supérieur général. Archiviste général, il est plongé, depuis de nombreuses années, dans la riche documentation laissée par Maurice Maignen.