Grande Christologie - Les monuments authentiques du 1er siècle concernant les faits de Jésus-Christ et des apôtres
MAISTRE (Abbé)
30.00 €
Disponible sous peu
"La Grande Christologie non seulement établit mais démontre que la fondation de la religion catholique date réellement de son divin maître. Elle établit en outre qu'il y a que des hérétiques et les fils de Satan qui assurent le contraire. L'ouvrage que nous présentons ici démontre : - La vérité et la divinité des faits de Jésus-Christ, de la Glorieuse Vierge et des Apôtres : a) D'abord en général, par une multitude de faits incontestables ; b) Spécialement ensuite par des témoignages en parallèle et en Hexaples. - I. Témoignages antérieurs à l'avènement de J. -C. - II. Témoignages contemporains ou voisins de la venue du Christ"
"Les critiques incrédules et les ennemis de l'homme des trois derniers siècles veulent détruire les faits et les monuments par une négation quelconque : et, croyant les avoir effectivement détruits par ce moyen, et mis dans le plus complet oubli, ils disent : les Anciens se taisent, ou bien ils avancent sans preuves ! Ils ont tellement répété ce
mensonge, le plus faux et le plus stupide qui ait jamais prévalu dans le monde intellectuel, que la plupart même des bons écrivains ont fini par les croire sur parole, sans examiner par eux-mêmes, et ont repris la fameuse rengaine.
"Quelle aberration générale ! quelle déviation de l'ordre moral ! Mais quelles conséquences désastreuses sont dérivées de ce faux principe ! Ils ont égaré les savants, et même les meilleurs esprits qui ont trop légèrement cru leur affirmation. Par là ils ont ruiné ce qu'ils cherchaient à détruire : les croyances chrétiennes qui sont l'appui des peuples et des États, la consolation du pauvre comme du riche, sur lesquelles se fondaient l'unique espérance des déshérités de la société. L'ordre moral et l'ordre social ont chancelé, ont presque péri par l'effet destructeur de la désolante incrédulité qui s'ensuivit et qui prit la place des belles et solides espérances des Croyants (Préface, passim)."