Nicolas Sarkozy, la République et les religions
PELTIER (Martin)
15.00 €
Disponible en stock
En évoquant à Rome, le 20 décembre 2007, les "racines chrétiennes" de la France et la "laïcité positive", Nicolas Sarkozy a jeté un sacré pavé dans la mare. Portée à ébullition, la vieille garde laïque a décrété le pacte républicain en danger. Si l'on prend la peine cependant de lire son livre écrit en 2004, La République, les religions, l'espérance, si on le rapproche d'autres déclarations du président de la République, on s'aperçoit que le premier souci de Nicolas Sarkozy est l'islam, et qu'il ne veut modifier la loi de 1905 que pour mieux l'intégrer. L' État paiera les mosquées et la formation des imams. Les banlieues s'en trouveront pacifiées.
Au-delà de cette tâche de police, indifférent à toute Révélation, le président souhaite que les trois "religions du Livre" se réunissent pour irriguer de leurs valeurs communes une mondialisation humaniste. Son Dieu, c'est la modernité, la République.