Diogène le cynisme et la grâce
LEO (Jean, pseudo de J-P Serbera)
17.00 €
Disponible en stock
La philosophie et la religion peuvent-elles rendre les hommes meilleurs ? C'est la question que se pose Diogène, étudiant très particulier. Il va tenter d'en trouver la réponse en suivant son maître qui enseigne dans l'enceinte prestigieuse de la Sorbonne. De rencontres en expériences, plus étonnantes les unes que les autres, le malheureux Diogène va aller de déceptions en désillusions. Pourtant quelques-uns des personnages qu'il croise semblent habités d'une lumière qui les distingue du commun des mortels. Et si la réponse qu'il cherche avait pour nom la grâce ?
Dans un monde marqué par le matérialisme, l'auteur s'interroge sur notre rapport au divin, et réécrit avec tout son sens de la poésie, cette interrogation mille fois formulée depuis que l'homme a pris conscience de lui-même : qui sommes-nous ?
Extrait :
Dans le couloir des sophistes, un homme alpaguait les gens qui sortaient.
"Protagoras et Gorgias n'enseignent que des inanités, disait-il à chacun.
- N'écoutez pas ce vieux fou, entendait-on répliquer des ateliers précédents, il a bu la ciguë."
Le vieux devait être ivre, pour critiquer l'enseignement des sophistes. Je ne connaissais pas cet alcool
"Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse, lui glissai-je avec malice en passant près de lui.
- Sais-tu qui tu es ? me questionna ce vieux fou."
Je n'allai pas me laisser donner la leçon par un ivrogne.
"Connais-toi toi-même avant de me questionner, répondis-je avec effronterie.
- C'est moi qui dois dire cela, normalement, dit-il. Mais je vois que tu es doué ; aussi tu as droit à une autre question.
- Où faut-il aller pour devenir un honnête homme, lui demandai-je aussitôt ?
- Cherche bien, la réponse est en toi, trouve-la !
- Je ne sais pas, avouai-je après une longue introspection contemplative.
- Suis-moi et tu le sauras."