Les Centuries de Nostradamus ou le dixième Livre Sibyllin
AUCLAIR (Raoul)
13.50 €
Disponible en stock
Un ouvrage d'une totale nouveauté sur un sujet qui a tant exercé la patience des exégètes. Raoul Auclair - et il est bien le premier ! - n'a pas eu le décevant propos de rechercher dans Nostradamus une prophétie au jour le jour de ce qui nous attend demain. Mais, confrontant les Centuries à l'Histoire, telle qu'elle se présente à nous depuis plus de quatre siècles, il en dégage cette évidence : celle d'une étroite corrélation entre l'Eschatologie des Livres saints et les oracles de Nostradamus. "Oracle" est d'ailleurs le terme qui convient. Les Centuries : la résurgence d'une source antique et que l'on croyait tarie.
Surtout il apparaît que ce livre étrange n'est point venu au hasard, mais dans une heure de récapitulation de l'Histoire, où les deux courants prophétiques, celui de David et celui de la Sibylle (auquel l'Eglise rend justice : Teste David cum Sibylla) devaient de rencontrer pour annoncer, chacun selon son mode, l'un lumineusement, l'autre obscurément, les événements décisifs qui sont ceux de la Fin des Temps. La fin du présent Age et non la fin du monde.
Il y eut neuf Livres Sibyllins. Présentés à Tarquin dans les commencements de Rome, la tradition veut que six de ces Livres aient été brûlés par la Sibylle de Cumes. Quant aux trois derniers, ils furent anéantis dans l'incendie du Capitole. Le Christ allait naître, consommant l'attente des Prophètes, et les Oracles, cette confuse prophétie des Gentils, ne pouvaient plus que se taire et disparaître.
Mais alors, ici, ce dixième Livre Sibyllin ? Sans doute l'ordre mystérieux de la Providence voulait-il que la veine des Oracles reparût au jour pour un ultime témoignage, où le langage qui fut celui de la Sibylle se joindrait à la voix des Prophètes, aux temps du suprême Accomplissement.
L'exégèse de Raoul Auclair en apporte la troublante confirmation.