Les Evangiles de l´oral à l´écrit - T 1
PERRIER (Pierre)
17.00 €
Disponible en stock
Comment, dans le milieu judéo-chrétien du Ier siècle, les Évangiles ont-ils été collectés et fixés ? Comment ont-ils été transmis par les Apôtres et par leurs successeurs ? Avec quelle fidélité ? Les travaux de Marcel Jousse, il y a un peu plus d'un demi-siècle, ont apporté un début de réponse à cette question. Rompant avec une exégèse exclusivement scripturaire, ils ont mis à jour les structures orales qui sous-tendent les textes araméens initiaux ; ils ont ainsi ouvert à l'exégèse des perspectives qui sont loin d'être totalement explorées. A cette première réponse, ce livre apporte un développement décisif, propre à réconcilier les acquis des recherches et les multiples traditions des Eglises apostoliques de l'Orient et de l'Occident. Appliquant des méthodes mises au point pour la recherche informatique des mots clés et des analogies orales, l'auteur met en évidence les "colliers" et les "filets" qui organisent les textes et gardent trace de l'histoire de leur composition. On comprend comment ces structures mnémotechniques ont permis aux premiers chrétiens de conserver et de nous transmettre avec une absolue fidélité les Mémoires des Apôtres. Cet ouvrage est la première synthèse sur la phase orale des Evangiles qui renouvelle complètement la vue occidentale. Il établit enfin une cohérence avec les traditions occidentales et orientales.  
Pierre Perrier, né en 1935, a été responsable de recherche et études avancées d'une société de haute technologie. Il a été élu, en 1990, membre correspondant de l'Académie des sciences pour ses travaux en modélisation numérique des écoulements de fluide. Parallèlement, il a animé et développé depuis quarante ans, en France, les études sur l'oralité évangélique araméenne dans l'Eglise judéo-chrétienne primitive avec les Eglises syriaques et selon les travaux de Marcel Jousse. Il a publié Karozoutha, (Médiaspaul, 1986), Mshamshana (Ed. Désiris 1990) et La Science des coeurs et de la nature (Ed. Désiris, 1998).