Képi bleu - Une S.A.S., un autre aspect de la guerre d´Algérie
VINCENT (Guy)
16.01 €
Disponible en stock
Né au Maroc de parents pieds-noirs depuis trois générations, Guy Vincent s'est porté volontaire pour l'Indochine où il arrive en 1953. Officier de réserve mordu par le métier des armes, il est "activé" deux ans plus tard et se porte de nouveau volontaire pour servir là où l'on se bat, en Algérie. Hanté par les raisons de la défaite d'Indochine, il sait que l'engagement des populations aux côtés de la France est une condition essentielle de la victoire. Aussi demande-t-il à servir comme officier des Affaires Algériennes. Et, pendant plus de six ans, de 1955 à 1962, il va être chef de S.A.S. (Section Administrative Spécialisée) sur les Hauts Plateaux d'Oranie.
Aux prises avec les difficultés de la vie quotidienne, Guy Vincent et ses compagnons avaient mieux analysé l'enjeu des prochaines décennies que les intellectuels confinés dans leurs bureaux et enfermés dans leurs certitudes. Que les médecins sans frontières, les membres des organisations humanitaires d'aujourd'hui lisent ce témoignage. Ils découvriront que les "soldats colonialistes" dont ils ont appris à condamner l'action n'avaient pas d'autres motivations que le mieux-être des populations qui leur étaient confiées. Ils découvriront leur abnégation et leur efficacité. Sans doute seront-ils surpris de constater que l'administration militaire dont dépendaient ces officiers ne s'enrichissait pas à leurs dépens comme tant d'administrations humanitaires qui vivent dans l'opulence sans vergogne tandis que les hommes courageux qu'elles envoient sur le terrain manquent cruellement de moyens.
Merci, mon cher "Roger", d'avoir donné aux générations montantes un si bel exemple d'engagement désintéressé. En cette période d'égocentrisme ravageur, vous nous montrez une autre conception de la vie qui prouve, une fois encore, qu'aucune réussite matérielle ne remplacera jamais la poursuite d'un idéal. Pierre Sergent.