Dix mois à Verdun - Un aumônier militaire an première ligne 26 février 1916 - 10 janvier 1917
THELLIER DE PONCHEVILLE (Abbé Charles)
22.40 €
Epuisé
Il fut la lumière de l'espérance dans l'enfer de Verdun. Aumônier-brancardier de la 28è DI, l'abbé Charles Thellier de Poncheville a laissé une image quasi légendaire dans la mémoire des survivants de la terrible bataillle. Ne ménageant jamais sa peine, méprisant le danger, il surgissait toujours là où les poilus souffraient dans leur chair et désespéraient dans leur âme, leur prodiguant secours et consolation.
Ce grand prédicateur, dont le philosophe Jean Guitton nous a laissé un portrait plein de révérence, a raconté dans ce livre ce que fut son apostolat durant les dix mois qu'il passa en première ligne, de février 1916 à janvier 1917. Peu d'ouvrages allient de façon aussi impressionnante la vérité, parfois effrayante, du témoignage et la noblesse du ton. Il fallait sans doute être aussi absolument, aussi intégralement chrétien que l'était Poncheville pour regarder en face, avec autant d'abnégation, de compassion et, disons-le, d'amour, l'humanité dans sa misère et sa déréliction.
Mais on verra aussi, à la lecture de ces souvenirs, que ce prêtre, de la race dont on fait les grands saints, était un homme dont le simple commerce apportait un formidable réconfort aux poilus comme à leurs chefs. En témoigne ce portrait que brosse de lui l'un de ceux qui l'ont côtoyé dans la tranchée : "Une causerie verveuse, spirituelle, bondée de faits, où l'intérêt du fond lutte avec l'élégance de la forme et le charme de la distinction. Une ironie fine, qu'émousse avec charité sa foi chrétienne. A l'égard du plus minime, une politesse de grand seigneur. Comme soldat, un courage impeccable, souriant, tranquille, une égalité d'héroïsme égale à son égalité d'humeur." On ne pouvait mieux présenter ce livre qui est le reflet de l'homme, ni plus ni moins. 
Issu d'une vieille famille de robe du Nord de la France, l'abbé Charles Thellier de Poncheville (1875-1956) fut l'un des pionniers du catholicisme social. Consacrant son existence à la prédication et à la prière, il fut notamment chargé par Aristide Briand, après la bataille de Verdun, d'une mission au Canada. Poursuivant inlassablement son apostolat jusqu'à la mort, il exerça une grande influence sur le clergé français.

Vous aimerez aussi