La presse clandestine en URSS, 1960-1970
SLAVINSKY (Michel)
-50 %
15.00 €
7.50 €
Disponible en stock
En dépit des arrestations et des persécutions de toutes sortes, les idées nouvelles se cristallisent à un rythme accéléré en U.R.S.S. Malgré la simplicité de sa présentation et le caractère forcément limité de sa diffusion, la presse clandestine représente le creuset et le véhicule intérieur essentiel des nouvelles conceptions du monde. Le jeune écrivain Youri Galanskov, condamné en 1968, à sept ans de camp de concentration, écrivait dans son recueil Phénix 66 : "Il est indispensable d'apporter systématiquement à la jeune littérature russe moderne un appui technique, moral et matériel. La culture occidentale n'a pas le droit de fermer les yeux sur les moindres manifestations d'arbitraire et de violence à l'égard des représentants de l'intelligentsia littéraire russe. Elle doit se rappeler que dans la Russie moderne, I'écrivain est condamné à un arbitraire illimité de la part du pouvoir." S'inspirant de ces considérations, La Presse clandestine en U.R.S.S. cherche à montrer comment, dans un état policier par excellence, des publications périodiques indépendantes ont pu naître et se développer sous le boisseau, contribuant à la formation des esprits, guidant les recherches de voies nouvelles et entraînant dans la lutte pour la défense des droits de l'homme les meilleurs éléments de l'intelligentsia.  

Michel Slavinsky, vu par la presse soviétique : Izvestia (27 février 1968). "M. Slavinsky, vos écrivains Guinzbourg, Galanskov et Dobrowolsky (ils ne sont d'ailleurs des écrivains que dans votre imagination) se portent bien. Je les ai même vus, mais.sur le banc des accusés." ((extrait de la Lettre ouverte de N. Brocks-Sokolov).