Ne l´appelez plus jamais France
GRIOTTERAY (Alain)
28.00 €
Disponible en stock
Pour évoquer le mal français, Alain Griotteray utilise les mots de Tite Live décrivant la fin de l'empire romain. Les candidats à la Présidence de la République traitent dans leurs discours du sexe des anges ignorant comme à Byzance jadis que les barbares ont déjà franchi leurs portes !
Alain Griotteray, le plus jeune chef de réseau de la Résistance de 1940 à 1945, ne cache pas qu'il est aujourd'hui plus désemparé qu'après l'effondrement de juin 1940. Il y avait alors à Vichy un vieillard qui parlait de la France et à Londres, un général qui défendait sa liberté.
Les Français ne pouvaient oublier la leur. Aujourd'hui que reste-t-il dans leur âme de la Princesse de légende chère au Général de Gaulle ?
Alain Griotteray a peur d'assister à son agonie, lui qui vécut toute sa vie à son service. 
" Je sais que la plupart des lecteurs prendront peu de plaisir à voir les origines [.], impatients d'arriver à ces derniers temps où les forces d'un peuple depuis longtemps souverain se détruisent elles-mêmes [.] Que chacun pour sa part s'applique fortement à connaître quelles furent les mœurs, quelle fut la vie à Rome, par quels hommes, par quels moyens, dans la paix et dans la guerre, cet empire a été fondé et accru. Qu'on suive alors le mouvement insensible par lequel, dans le relâchement de la discipline, les mœurs déclinèrent d'abord, puis tombèrent plus bas chaque jour, enfin se précipitèrent vers leur chute, jusqu'à ce qu'on en vînt à ces temps où nous ne pouvons souffrir ni nos vices ni leurs remèdes. " Tite Live