Cahier N°15 - Le Coup d´Etat - Actes du Colloque Universitaire du 21 mai 2011
AMIS DE GUY AUGE
16.00 €
Disponible sous peu
Pourquoi s'intéresser aujourd'hui à l'événement historique que l'on désigne usuellement du nom de coup d'État ? L'expression a quelque chose de désuet, bien qu'hier encore elle ait été remise à la mode par un politicien ambitieux dénonçant un pouvoir qu'il réputait illégitime parce que ce n'était pas le sien. Mais à y regarder à deux fois, notre époque est riche en coups d'État, au demeurant souvent fomentés par des militaires, du colonel Nasser au général Pinochet, des colonels grecs aux généraux argentins, de la junte turque à la junte birmane, du général Franco au général Jaruzelski, du maréchal Tito au colonel Kadhafi, et à bien d'autres.
Le survol le plus superficiel de l'histoire des idées politiques fait également apparaître qu'il ne manque pas d'auteurs à avoir réfléchi sur les modes de déstabilisation des corps politiques, d'Aristote à Machiavel, de Montesquieu à Rousseau, de Naudé à Pareto et Malaparte, sans oublier tous ceux qui, de Babeuf à Blanqui, de Lénine à Trotski, ont théorisé la pratique du changement politique. Les coups d'État peuvent-ils ou non être considérés comme faisant partie du paysage politique contemporain ? Leur compréhension relève-t-elle simplement de l'intelligence de situations conjoncturelles, ou de la logique des sociétés dans lesquelles ils se produisent ? Voilà en tout cas quelques axes autour desquels il a semblé possible d'organiser une réflexion commune à des historiens, des juristes et des philosophes, et d'en donner ici la quintessence. 
Sommaire :
L'Action Française et la prise de pouvoir par Fr. Bouscau
Le 23 août 1944 en Roumanie : un coup d'état monarcho-communiste ? par Th. Buron
Le 13 mai 1958 par J.-P. Brancourt
Philosophie du coup d'état par Cl. Rousseau
Un texte de Guy Augé sur la querelle de Boniface VIII et Philippe le Bel