Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et l´esprit Hussard
BARTHELET (Philippe)
27.50 €
Disponible en stock
Il y a cinquante ans, Roger Nimier (1925-1962), l'enfant prodige de la littérature française de l'après-guerre, proclamé chef de file des Hussards par Bernard Frank dans un retentissant article des Temps modernes, se tuait au volant de son Aston Martin. Une mort précoce qui entrebâillait déjà l'épineuse question de sa succession spirituelle. Nimier incarnait, en effet, avec Antoine Blondin et Jacques Laurent, le courage des écrivains irréductibles à la pensée sartrienne alors toute-puissante comme à l'esprit de défaite, d'épuration et de repentance régnant désormais en maître sur le monde des lettres.
Farouchement attachés à la séparation des pouvoirs du politique et du littéraire, ils cultivèrent les qualités qui conservent à la France l'éclat de son génie particulier : panache, lucidité et naturel, secret du grand style, explorant les intermittences du coeur et les gouffres du hasard. Ainsi la France de Nimier, Blondin et Laurent rejoignait-elle celle du cardinal de Retz, La Rochefoulcauld, Stendhal, Dumas, Péguy ou Bernanos.
Mais que signifiait ce sens princier de la désinvolture qu'ils entretenaient scrupuleusement et que l'on prit à tort pour de la frivolité ? A l'occasion du cinquantenaire de la mort de l'auteur de D'Artagnan amoureux, il est temps de retrouver le code d'honneur des Hussards et de réévaluer la portée d'une oeuvre exemplaire.