Le National-Socialisme - Une stratégie évolutionnaire
MACDONALD (Kevin B)
15.00 €
Disponible en stock
Important chapitre du deuxième volume de la trilogie que l'auteur a consacrée au judaïsme, à l'antisémitisme et aux courants politiques et culturels qui ont fait du XXe siècle le "siècle juif" par excellence, cette étude entend montrer pourquoi et en quoi le national-socialisme au pouvoir a marqué une rupture avec les tendances occidentales à l'universalisme et à l'individualisme modéré.
Appliquant la leçon de Theodor Fritsch - auteur antisémite dont la forte influence sur Adolf Hitler est établie - qui exhortait les Allemands à se montrer aussi solidaires entre eux et exclusifs que les Juifs, le national-socialisme a adopté une stratégie évolutionnaire de groupe en prêchant l'altruisme au sein de l'endogroupe (les autochtones) et l'hostilité envers l'exogroupe (les allogènes). Cette stratégie s'est plus spécialement incarnée dans la Volksgemeinschaft, concrétisation de l'idéal de "hiérarchie harmonieuse" qui avait irrigué toute la tradition intellectuelle völkisch.
En reparcourant l'histoire de l'antisémitisme allemand au XIXe siècle, depuis les exigences d'assimilation jusqu'à l'insistance sur la nécessité du clivage ethnique, l'auteur rappelle comment le judaïsme chercha à entrer dans le patrimoine génétique des Gentils, à travers des mariages entre aristocrates gentils et femmes juives, mais sans permettre la réciprocité. Durant la période qui suivit l'émancipation, ce fut le nationalisme juif qui suscita, en réaction, l'antisémitisme, et non l'inverse. Le nationalisme juif, avec ses expressions littéraires et idéologiques, était présent bien avant les pogroms des années 1880 en Europe orientale. La démonstration est d'autant plus convaincante que MacDonald s'appuie sur des historiens juifs faisant autorité et cite de nombreux exemples d'ostentatoire nationalisme ethnocentré chez des auteurs comme Disraeli, Heine, Moses Hess, Asher Ginsberg, Arthur Ruppin , etc.
En conclusion, le judaïsme et le national-socialisme apparaissent comme deux stratégies de groupe parfaitement symétriques, l'un étant le miroir inversé de l'autre.   

Né en 1944, professeur de psychologie à la California State University de Long Beach, Kevin MacDonald est l'un des principaux représentants de la psychologie evolutionnaire, discipline qui se sert notamment de la notion de "stratégie de groupe" pour étudier des catégories humaines larges, qui peuvent aller jusqu'à des peuples. MacDonald a écrit trois ouvrages fondamentaux et très controversés sur la question juive. On lui doit également un important recueil d'articles, Cultural Insurrections. Trois longs articles du même auteur ont déjà paru en français aux éditions Pierre Marteau : Les Bourreaux volontaires de Staline, L'Activisme juif et ses traits essentiels et Henry Ford et la question juive.