Les tabous de l´extrême droite à Bordeaux
BONIN (Hubert)
20.00 €
Disponible sous peu
On considère généralement Bordeaux comme une ville "modérée", culturellement impropre à engendrer des courants politiques dépassant la mesure d'une sage pondération. Pourtant, des faits, des hommes, des groupements ou des réseaux ont bel et bien porté des valeurs et des prises de position électorales qui, historiquement, les ont rattachés à des droites extrêmes.
Cependant, du fait que nombre d'entre eux étaient ou sont issus de certaines grandes familles de la bonne bourgeoisie girondine, d'élites républicaines appartenant aux classes moyennes, de strates populaires séduites par le populisme, voire à certains cercles empreints d'idées religieuses exclusives, de telles considérations sur les "dévoiements" de ces acteurs locaux vers des droites extrêmes ont pu être jugées comme des "tabous". Embrassant en une synthèse extrêmement documentée - et qui n'avait jamais été tentée - plus de deux siècles d'histoire bordelaise, Hubert Bonin reconstitue les mouvances qui recouvrent à la fois un traditionalisme antirévolutionnaire, un monarchisme fidèle et exacerbé, puis un anti-parlementarisme qui absorbe l'anti-républicanisme prédominant
jusqu'aux années 1880.
L'extrême droite glisse ensuite vers une aspiration à un changement du régime ou des codes de valeurs sociétales en faveur d'un autoritarisme mâtiné de populisme et d'idées d'exclusion.
Se succèdent alors plusieurs courants : les crypto-tascistes des années 1930, avec ses retombées ou résurgences dans les années 1940-1950 ; les ultra-conservateurs des années 1960 ; et, depuis une trentaine d'années, les résistants aux mutations de la société et des valeurs.
Cette résurgence récente de droites dures et extrêmes a conduit l'auteur à remobiliser des éléments jusqu'alors dispersés dans des non-dits, afin de tenter de reconstituer des "systèmes" de mentalités dans le tréfonds de plusieurs groupes sociaux et idéologiques de la cité garonnaise - quitte à ce que la "proverbiale" modération bordelaise s'en trouve quelque peu éprouvée. 
Hubert Bonin, professeur d'histoire économique contemporaine à Sciences Po Bordeaux et chercheur à l'Université Montesquieu-Bordeaux 4, est spécialiste de l'histoire des banques et des bourgeoisies entrepreneuriates. Il est l'auteur des Tabous de Bordeaux et de divers ouvrages sur l'économie aquitaine.