Que Dieu sauve la France !
HOLEINDRE (Roger)
29.00 €
Disponible en stock
Roger Holeindre est né en Corse en 1929 dans une famille paysanne et ouvrière. Il passe une partie de sa jeunesse à Paris et en banlieue. Durant la guerre 39/45, il est pensionnaire à la Pension Clerbois à Rosny-sous-Bois. Il est alors membre d'une troupe scoute clandestine et effectue de nombreuses missions de nuit pour la résistance.  
À la libération, quittant la pension sans autorisation, il enlève, seul, deux mitrailleuses jumelées aux Allemands à la gare de triage de Noisy-le -Sec, devenant ainsi un des plus jeunes résistants de France.  
À 17 ans, falsifiant ses papiers, il s'engage dans la Marine et part volontaire pour l'Indochine où il sert à la 1ère division Navale d'Assaut.
De retour en France, il se rengage aux Commandos Parachutistes Coloniaux et participe à tous les gros combats du Tonkin où il est blessé. Rapatrié en métropole après un très court repos, il se porte volontaire pour sauter à Dien Bien Phu et part avec un détachement, transporté par des avions gros porteurs américains. C'est avec une grande tristesse qu'il arrive en Indochine la nuit de la chute du camp retranché. Avec un des tous derniers bataillons parachutistes d'Indochine, il participe aux derniers et terribles combats sur les hauts plateaux où le GM100 est anéanti.
Puis, c'est l'Algérie, où il se fait remarquer au Commando du 8ème régiment Para en effectuant des dizaines de fois des opérations en tenue rebelle dans les Aurès Nemencha, et jusqu'en Tunisie. avec seulement quatre ou cinq hommes. Grièvement blessé dans un combat au corps à corps et hospitalisé à Philippeville, il réalise alors que l'armée française va gagner la guerre militairement, mais que De Gaulle la lui fera perdre politiquement.
La mort dans l'âme, il quitte l'Armée et s'installe à Tébessa, crée un emploi mais s'occupe surtout de la jeunesse de cette région. Il anime une troupe scoute de 150 jeunes et une maison des jeunes en comptant 300. Son recrutement au prorata de la population, compte 1% de petits chrétiens, 1% de petits juifs, et 98% de petits musulmans. Fait exceptionnel, il est cité pour son action envers la jeunesse musulmane.
Les événements prenant malheureusement la tournure qu'il avait envisagée, il prend le maquis, pour garder l'Algérie et le Sahara à la France. Arrêté, emprisonné à la prison de Bône, il organise une évasion rocambolesque et s'enfuit avec tous les détenus "Algérie française". Il forme alors le deuxième maquis Bonaparte. Encerclé par deux régiments révoltés et tombés aux mains de l'Organisation Communiste du Contingent (qui ont arrêté leurs officiers), il se refuse à faire tirer sur des individus qui n'ont pour seul slogan que le hurlement "La quille !.La quille !.". Il n'accepte de se rendre qu'au Général Ducourneau, qu'il a connu en Indochine. Il est lourdement condamné. Dès sa libération, il reprend le combat politique qu'il continue aujourd'hui, pour que la France reste la France, contre l'immigration invasion,. le danger islamiste,.pour la réconciliation nationale, afin que la fille aînée de l'Église reste une terre chrétienne.