Le cor de M. de Boismorand - Souvenirs de chasse pour Christian T2
CHAMBE (René)
25.00 €
Disponible en stock
"Le lièvre m'a vu. Il change de direction, par un bond affolé, de 10 m, au moins [.]
"Le voilà, il passe à 35 m, 40 rn, je ne sais pas . je n'ai pas le temps d'estimer. Je ne pense même plus à la correction qu'il faut faire. Je ne pense plus à rien, plus rien ne résonne en moi, je suis comme un grelot vide. Seul, veille l'instinct; seuls, vivent encore les réflexes. Et aussi le regard. "Pan !"
"J'ai tiré. Oui, j'ai dû tirer. Il paraît que j'ai tiré. Je ne sais plus. Je demeure hébété, abasourdi. J'ai mal à l'épaule. Le lièvre a fait une culbute magistrale, un panache jaune et blanc comme je n'en ai encore jamais vu, en plein soleil, et il reste sur place, couché sur le côté, raide mort, foudroyé. Pas besoi n de doubler.
"Je ne réalise pas tout de suite. J'ai dû pousser un cri de triomphe, j'ai certainement poussé un cri de triomphe. Ouvrant mon fusil, OlI il reste une cartouche intacte, le cassant en deux comme on m'a appris à le faire en terrain dangereux, je l'ai posé à cerre et j'ai bondi.
"J'ai bondi comme un hurluberlu, un écervelé, droit devant moi, pour aller plus vite vers le lièvre [.] J'ai couru comme un fou. Je me suis jeté sur le lièvre, mon lièvre, mon premier lièvre !"  

Le général René Chambe, héros de l'aviation des deux guerres mondiales, a conservé avec une étonnante fraîcheur les souvenirs de son enfance et de ses premiers pas de chasseur en compagnie de son frère. Il livre avec une superbe plume les émouvants récits de sa vie quotidienne au contact de la nature, de sa famille et des chasseurs du village, autour de son cher château de Monbaly, en Bas-Dauphiné, dans les premières années du XXe siècle.