Soeur Josefa Ménendez - Soeur Coadjutrice de la société du Sacré-Coeur
OEUVRE DU SACRE COEUR
20.00 €
Disponible en stock
Le 20 octobre 1926, Mère de Loë , Supérieure Générale, écrivit de Rome : 
« Ces pages, ainsi que celles qui racontent la vie de Soeur Josefa Menendez et qui ne sont pas encore imprimées, ont été soigneusement examinées à Rome par le Révérend Père Stefano Ignudi, Consulteur de la Sacrée Congrégation des Rites, dans la commission qui s'occupe de la Cause des Saints. Après avoir attesté (selon l'usage) qu'elles ne renferment rien de contraire à la Foi, aux bonnes mœurs et au sentiment de l'Eglise, il ajoute : "Les dix-neuf cahiers que j'ai examinés ont tous pour objet des manifestations de Notre-Seigneur à Soeur Josefa Menendez dans lesquelles il l'instruit sur l'humilité, l'obéissance, la vie cachée, la souffrance. Il lui révèle encore le tendre et immense amour que ce même Seigneur porte aux âmes, son désir de les sauver, son ineffable miséricorde pour les pécheurs, la confiance que tous doivent avoir en Lui et la manière dont elle devait s'unir à Lui pour procurer le salut éternel des âmes."
Après avoir donné son avis sur plusieurs passages de la vie de la Sœur, le Révérend Père termine en disant : "Je fais des vœux pour que ces choses soient connues à la gloire de Dieu et pour réconforter tant d'âmes pusillanimes et défiantes, comme aussi pour la glorification de cette sainte religieuse du Sacré-Cœur."
Il est juste que les premières à bénéficier des consolantes instructions du Divin Maître soient les membres de la Société que Sœur Josefa aimait d'un si ardent amour. Nous les mettons donc à la disposition des religieuses du Sacré-Coeur avec la permission de son Eminence le Cardinal Protecteur qui a daigné revoir toutes les épreuves et en témoigner sa satisfaction ».  
Marie de Loë, rscj- Supérieure Générale 
La vie de Josefa Menéndez
, paraît en 1928. Dans une introduction la Mère Marie de Loë, s'exprimait ainsi :  
« En ce temps où le Modernisme nie l'existence de l'Enfer, ou du moins de son feu et de son éternité, Dieu a voulu révéler l'un et l'autre à son humble Servante. La guerre que lui faisait l'ennemi de tout bien était le genre de souffrances permis par Dieu pour elle et agréé en hommage de réparation et pour la conversion des pécheurs. » 

Le livre contient également un extrait d'une très intéressante lettre adressée à la Supérieure Générale, par le Révérend Père Boyer, supérieur des Dominicains de Poitiers, directeur de conscience de Sœur Josefa Menéndez. 

La présente édition reprend cette édition de 1928. Ce livre est en quelque sorte la matrice de ce qui sera Un Appel à l'Amour. Malgré cela, il ne fait pas double emploi avec Un Appel à l'Amour. Certains passages, notamment sur la vision de l'Enfer, ne sont pas édulcorés dans La vie de Josefa, mais nous avons beaucoup aimé le côté plus intimiste de ce livre. En revanche, l'aspect pédagogique de la formation de Josefa est plus marqué dans Un Appel à l'Amour.  

Les deux livres sont tout simplement passionnants.  

Sommaire :
Les années d'enfance
La première postulante du noviciat de Poitiers
Premiers pas dans la voie de victime : le Mendiant d'amour
Vie d'intimité avec Jésus
Vie d'immolation croissante
La grande épreuve
Appels et avertissement du Purgatoire
Les apparitions de Sainte Madeleine Sophie
Retraite des Premiers Voeux
Soeur Josefa poursuit sa mission réparatrice
L'oeuvre du Coeur de Jésus
Le roi des âmes et la Société de son Coeur
Vie extérieure de Soeur Josefa
Les Mystères de l'Année liturgique dévoilés à Soeur Josefa
Séjour à Marmoutier
Le Maître perfectionne son oeuvre dans l'âme de Soeur Josefa
Le voyage à Rome
Derniers messages
Appendice