Anne d'Autriche - Femme de Louis XIII
LA VARENDE (Jean de)
19.00 €
Disponible en stock
Ce fut une blonde vraie ; elle eut donc le tempérament des vraies blondes, qui est plus galant que sensuel, plus remuant qu'actif ; elle aura aussi leur optimisme aimable et leur expansion. Tout cela compose son charme, dans une grande simplicité. Anne d'Autriche demeure "ravissement" féminine en restant reine et grande reine.
Elle ne fut point stupéfiante comme Catherine de Médicis ; aphrodisiaque comme Mary Stuart ; vénéneuse ainsi que la reine Marie, sa belle-mère : elle est saine. Elle s'empourpre vite ; elle pleure, elle bataille, les boucles au vent ; ne ment qu'à la dernière minute ; n'abandonne qu'en dernier ressort, et voudrait aimer. Elle préfigure quelque reine Victoria d'Angleterre avec, en plus, toute la grandeur, presque sauvage encore, de son époque, et la noblesse de sa race. 
Vicomte de La Varende, connu sous le nom de Jean de La Varende, est né le 24 mai 1887 au château de Bonneville à Chamblac (Eure), et mort le 8 juin 1959 à Paris. Auteur d'une vingtaine de romans, d'une dizaine de biographies, de diverses monographies sur la Normandie et de plus de deux cents nouvelles, La Varende s'est surtout attaché à l'évocation du terroir normand avec ses curés de campagne, ses paysans et ses hobereaux, tout en exprimant sa nostalgie de l'Ancien Régime et sa passion pour la mer et les marins. Le Centaure de Dieu lui vaudra le Grand Prix du roman de l'Académie Française.