La dérive du continent africain
PARSEVAL (Philippe de)
35.00 €
Disponible en stock
Depuis de nombreuses décennies, l'Education nationale enseigne dans nos écoles une certaine histoire de France. Elle semble envisager de retirer cette matière des programmes scolaires, matière déjà réduite comme peau de chagrin, ce qui serait en quelque sorte un moindre mal, compte tenu de l'orientation "politiquement correcte" de cet enseignement.
Depuis plus d'un demi-siècle, nos colonies ont acquis leur "liberté" à l'instar de celles de toutes les puissances coloniales européennes. Ces indépendances, quasi exculisivement politique et non économiques, chèrement obtenu dans certains cas, ont été souvent confisquées par les potentats locaux avec parfois, la complicité active ou passive des gouvernements. On s'est alors efforcé d'effacer l'oeuvre réalisée pendant l'époque coloniale, oeuvre qui, elle, ne bénéficiant pas du devoir de mémoire, disparaît des manuels et des esprits par les assauts répétés de repentance des prétendus "bons pensants".
L'auteur a tenu a rétablir le bon ordre des choses : Les recherches qu'il a faites et les conclusions qu'il en a tirées en bonne conscience et avec le maximum d'objectivité conduisent l'auteur à affirmer que la France n'a pas à rougir de son passé colonial.   

Philippe de Parseval est né en 1939 dans une famille de marins et de soldats. Sorti de Saint-Cyr, il sert dans l'armée pendant plusieurs années. En 1970, à sa demande, il quitte l'armée active et entame une deuxième carrière dans une entreprise de transports internationaux et de commerce exterieur. Ses nouvelles activités le conduisent dans le Pacifique, en Guyane, au Moyen-Orient et en Afrique Centrale. L'Afrique on la déteste ou on l'aime intensément. Il a immédiatement senti cette attirance. Ses observations sur le terrain, étoffées par des recherches documentaires approfondies l'ont poussé à rédiger une analyse objective de l'évolution de ce continent qui s'éveille et qui surprendra.