L´humanisme politique de Saint Thomas
LACHANCE (Louis o.p)
48.00 €
Disponible en stock
Né le 18 février 1899 à Saint-Joachim-de-Montmorency (Québec), Louis Lachance revêt à vingt et un ans l'habit dominicain au noviciat de Saint-Hyacinthe. Après avoir complété sa formation au couvent d'Ottawa et être devenu lecteur en théologie, il y enseigne la philosophie. De 1929 à 1931, il est envoyé à Rome pour poursuivre ses études. Il y retourne en 1936 afin d'enseigner à l'Université Angelicorum et y défendre sa thèse de maîtrise en théologie. De retour au Québec en 1938, il collabore à la fondation du Grand Séminaire des Saints-Apôtres de Sherbrooke.  

En 1944, il est promu à la maîtrise en Sacrée Théologie, le plus haut titre universitaire dans l'Ordre des Frères Précheurs. La même année il est nommé professeur de philosophie morale et sociale à la Faculté de philosophie de l'Université de Montréal.
Il occupe également une chaire de philosophie en Espagne (Salamanque). A partir de 1950, il enseigne en Argentine et au Brésil. 

En 1952, il est nommé supérieur du couvent des Précheurs d'Outremont et il accède au vice-décanat de la Faculté de philosophie de Montréal, dont il deviendra finallement le doyen en 1960. A la même époque, il participe à la direction des Semaines sociales du Canada ainsi qu'à la fondation de la Société Richelieu d'Ottawa, et il collabore à la Société Saint-Jean-Baptiste et à la Société de philosophie de Montréal. Le père Louis Lachance est décédé le 28 octobre 1963.
Haute intelligence emplie de sagesse et de pédagogie, acharné au travail, passionné de recherche, généreux, plein de bonhomie et de délicatese, Louis Lachance s'est encore signalé par le nombre et la qualité de ses ouvrages philosophiques - où le social et le politique sont très présents, sans évincer d'autres préoccupations plus spéculatives :
- Saint Thomas dans l'histoire de la logique (1932)
- Le concept de droit selon Aristote et Saint Thomas (1933, revu et corrigé en 1938)
- Où sont nos vies ? (1934)
- Nationalisme et religion (1936)
- L'humanisme politique de Saint Thomas d'Aquin (1939, revu et corrigé en 1964)
- Philosophie du langage (1943)
- L'être et ses propriétés (1950)
- La lumière de l'âme (1955)
- Le droit et les droits de l'homme (1959)  

Le père Lachance offre, dans cette œuvre majeure, un exposé systématique de la philosophie politique de saint Thomas d'Aquin, et nous en livre sa pensée authentique. Grand connaisseur des écrits du Docteur commun et de ceux d'Aristote, l'auteur s'attache à replacer la politique sur le plan moral, c'est-à-dire sur la plan de l'agir humain. Ceci à l'opposé de certaines conceptions qui ne voudraient voir dans la politique qu'une métaphysique ou qu'une physique. L'État doit être à la poursuite du bien commun, bien qui doit correspondre véritablement aux aspirations et aux exigences de la nature humaine. L'État travaille donc à la recherche d'un véritable humanisme. Ce bien humain, quel est-il?? L'auteur entreprend une vaste enquête pour nous le faire (re)découvrir en compagnie de saint Thomas d'Aquin. Le père Lachance se refuse d'entrer dans une distinction abusive entre individu et personne, qui dénature toute la perspective de la vie politique et humaine. L'État n'est pas au service de la personne. Au contraire la personne est subordonnée à l'État. C'est dans la vie sociale que l'homme trouve sa perfection et rien ne peut faire disparaître la dimension sociale et politique de sa vie morale. La lecture de ce beau livre est fructueuse : son exposé graduel forme et structure l'esprit. L'intelligence est conduite à l'admiration de l'œuvre de Dieu. L'ouvrage est de nature à rendre d'éminents services à ceux qui s'interrogent sur la nature de la chose politique. 
A. S. - 18/08/2014