Un mois de dévotion à Pontmain
COLIN (Louis)
16.00 €
Disponible en stock
La France n'a jamais eu autant besoin qu'aujourd'hui d'espérance. En ces temps où elle se trouve au fond du gouffre, le message de Notre Dame à Pontmain retrouve sa plus grande clarté qui est d'une brûlante actualité : "Mais priez, mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps. Mon Fils se laisse toucher". L'auteur, Louis Colin, nous retrace les annonces de la Sainte Vierge à La Salette et à la chapelle de la Médaille Miraculeuse, concernant les malheurs qui vont frapper la France.
Il nous relate les différents voeux qui ont été prononcés : à Saint Brieuc, à Rennes, à Notre-Dame des Victoires à Paris, et les neuvaines. C'est ensuite le récit de l'apparition de la Sainte Vierge, du message, du Crucifix rouge, puis la lente disparition derrière le voile blanc. Vous lirez le v u national sorti des malheurs de la France, le mandement de l'évêque de Laval et la lutte du libéralisme contre le règne social du Sacré-Coeur.
" O, Jésus, mettez votre Coeur sur le coeur de la France. Notre-Dame d'Espérance, hâtez l'arrivée de votre Fils qui la relèvera dans l'embrassement du repentir et de la résurrection ! "  
L'abbé Louis Colin (Frédéric-Louis-de-Gonzague) est né à Lignières (dans le département du Cher) en France, le 14 janvier 1835. Il fit ses études à Paris, où il fut ordonné prêtre le 17 décembre 1859. Il a enseigné en France puis à Montréal à compter de 1862. En plus d'enseigner le Droit canonique, il a assumé diverses autres fonctions : vicaire à Notre- Dame, supérieur des Sulpiciens du Canada, supérieur ecclésiastique des Soeurs de la Congrégation et de l'hôpital Général, chanoine honoraire de la cathédrale.
C'est sous son supériorat que furent fondés le séminaire canadien de Rome et celui de philosophie à Montréal. Il fut un des orateurs sacrés les plus admirés et suivis de son époque ; son éloquence était persuasive. Il est décédé à Montréal le 17 novembre 1902
.