Pour saluer Pierre Boutang
SOULIE (Rémi)
21.00 €
Disponible en stock
"Géant persécuté par des nains politiques et universitaires en dépit de tous les titres académiques possibles et imaginables il a construit une oeuvre philosophique et polémique parfois hermétique mais qui porte à incandescence les facultés de l'esprit." Rémi Soulié avait dix-neuf ans quand il découvre, ébloui, Pierre Boutang (1916- 1998) à travers ses entretiens télévisés avec George Steiner, en 1987, à propos d'Antigone et du sacrifice d'Abraham.
La rencontre entre le bouillant disciple de Maurras, chantre de la monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, et du jeune khâgneux s'éloignant alors du marxisme, promettait d'être passionnée. Elle ouvrit, en réalité, l'ère d'une longue et fructueuse amitié, placée sous le signe d'une perpétuellejoute philosophique et d'intermèdes mémorables voués aux ripailles et aux séjours enjoués à Collobrières, son lieu de villégiature.
Grands moments où les débordements d'affection succédaient aux coups de gueule légendaires ! Car rien n'importe davantage au brillant métaphysicien que l'éternelle jeunesse dont il semble parfois la vivante incarnation quand il ne s'en fait pas l'adepte ; l'éternelle jeunesse de la France, c'est encore et toujours, à ses yeux, la monarchie révolue qui en demeure l'emblème et le rêve le plus ardent.
Quand Rémi Soulié pénètre à son tour dans le "royaume" de Boutang, il croise, fasciné, ses intuitions lumineuses avec celles de Joseph de Maistre, Pascal, Vico, Baudelaire, Poe, Blake. sans oublier le grand Bernanos. Le 20 septembre 2016, l'auteur d'Ontologie du secret aurait eu cent ans. Le portrait d'une amitié en forme de disputatio, de regards croisés, de journal et de témoignages inédits qui font revivre la figure exceptionnelle et attachante du "lion" auprès de George Steiner, Dominique de Roux, Roger Nimier, Antoine Blondin, Maurice Clavel et tant d'autres. 
Rémi Soulié, essayiste et critique littéraire, a publié une dizaine de livres dont Nietzsche ou la sagesse dionysiaque (Points/Seuil, 2014).