La science du XXe siècle - Mythologies ou Bible du Démon
DEQUENES (Pierre)
30.00 €
Epuisé
Le présent ouvrage est une remise à l'endroit des grands mensonges liés à la science et à l'histoire. Ainsi, explique-t-il l'origine de la Terre et de l'univers, la physique fondamentale, la médecine, l'histoire socio-économique et les rapports de l'Église avec la science.
D'ailleurs, Hannes Alfven constate la recrudescence d'une attitude anti-scientifique et à cet égard une renaissance des mythes au coeur même du monde dit "scientifique". Ce prix Nobel de Physique n'hésite pas à contredire les dogmes mensongers de la relativité et du Big-bang, qui selon lui, méritent une place d'honneur dans un zoo.
Le mythe principal que décortique ces pages, est l'âge supposé de la Terre - 4,5 milliards d'années - obtenu par des méthodes de datation n'ayant aucune certitude scientifique. De plus, conformément à la lecture obvie de la Bible, de récentes découvertes montrent que l'âge de la Terre est inférieur à dix mille ans.
D'autres mythes persistant dans la physique, la médecine moderne, la psychanalyse, l'économie sont également battus en brèches par ce livre qui s'impose donc comme une première : il n'existe pas dans la littérature actuelle de synthèse attaquant la science officielle prise en otage par des faussaires comme Galilée, Einstein ou encore Pasteur, ayant bâti leur réputation sur des manigances, au détriment de scientifiques honnêtes et talentueux.
Cette science sans Dieu est le prolongement de la Révolution de 1789. À Lavoisier qui demandait un délai avant son exécution pour terminer une expérience, le tribunal des "sans-culottes" répliquait : "La république n'a pas besoin de savants !". Rien n'a changé.
Mais les temps arrivent, où l'orgueil des savants qui se sont crus au-dessus des lois naturelles et qui ont voulu bâtir une science sur des hypothèses invérifiées contre Dieu, sera vaincu.
Pierre Dequènes nous rappelle des vérités essentielles sur cette sombre période qui "a retardé le progrès technique : les inventeurs sont guillotinés ou exilés, ou se suicident comme Leblanc". L'auteur affirme que les défenseurs criminels de la Révolution, à l'instar de Babeuf et Saint-Just, préconisaient le "système de la dépopulation". Il y avait trop d'habitants en France, compte tenu des ressources. Il fallait donc exterminer 30 % de la population. La guerre de Vendée et les famines organisées faisaient partie du plan. Et, à travers des exemples concrets, le Moyen-âge retrouve ses lettres de noblesse, alors que la propagande républicaine avait tenté de l'enterrer.
Les arguments de cet essai sont exposés dans un langage clair qui ne nécessite pas du lecteur une large culture scientifique. Fondé sur des données rigoureuses, ce travail - qui a reçu les encouragements du regretté Pr Schutzenberger, membre de l'Académie des Sciences, et de Mgr Brincard, évêque du Puy - s'adresse aussi bien aux croyants qu'aux agnostiques.