1944-1945 assassinats et crimes franco-français - 1939-1945 : Mon devoir de mémoire - volume 3
BAECKEROOT (Yves)
25.00 €
Disponible en stock
L'assassinat de l'Amiral Darlan peut être considéré comme le signal envoyé par les Gaullistes vis-à-vis du reste de la France. Nous ne nous dirigerons pas vers une vaste réconciliation nationale, dont seraient exclus seulement les traîtres et autres assassins. La France "pays des droits de l'homme" n'inaugurera pas les commissions que connaîtront plus près de nous l'Afrique du Sud post-Apartheid ou le Chili post-Pinochet.
Nous aurons droit à nouveau à nos "tribunaux révolutionnaires" et aux procès truqués de notre glorieuse Révolution Française. Nos "libérateurs-justiciers" réintroduiront l'exécution sommaire au coin d'un bois ou au bord d'un fossé. Ces nouveaux assassins bénéficieront d'une mansuétude indigne d'un pays civilisé ; mais le chef de l'Etat qui viendra les amnistier ne s'était-il pas intronisé à Brazzaville avec une onction quasi-divine ? Dans cette guerre civile voulue par les Gaullistes et les Communistes, les assassinats d'un côté provoqueront en retour d'autres assassinats.
Il s'en suivra dans une présentation trop largement répandue actuellement que les "gens de Vichy" ou supposés tels seront "exécutés" ; quant aux autres - opposants à l'Etat français ou pro-gaullistes -, l'on parlera d'"assassinés", même quand ce ne seront que des bandits de droits communs !