Une histoire des langues de l´Alsace
HUCK (Dominique)
29.00 €
Disponible en stock
Que serait l'identité de l'Alsace sans sa langue ? Ou plutôt ses langues, parlées et écrites, celles d'hier et celles d'aujourd'hui, avec les incessants apports, mais aussi les tensions qui ont accompagné les étapes de l'histoire de la région. À la limite de deux grandes aires culturelles et linguistiques - le monde roman et le monde germanique -, l'Alsace est depuis l'Antiquité une zone de passage et de contacts. Elle se caractérise, jusqu'à aujourd'hui, par l'usage ininterrompu des parlers dialectaux germaniques, hérités des Alamans et des Francs. À l'écrit, c'est l'allemand qui est utilisé, tout au long du Moyen Âge (avec le latin) et jusqu'au XIXe siècle. Le français arrive en Alsace au XVIIe siècle, restant longtemps une langue de prestige et des classes dominantes. Sa pratique s'étend dans la seconde moitié du XIXe siècle, mais les dialectes (à l'oral) et l'allemand (à l'écrit) restent les langues d'usage. Après l'intégration de l'Alsace à l'Empire allemand en 1870, le dialecte alsacien prend une valeur identitaire qu'il n'avait jamais eue auparavant. Lors du retour à la France en 1918, les questions linguistiques deviennent en Alsace objets de conflit et enjeux symboliques.