L´Eglise face à l´islam
VELIOCAS (Joachim)
17.00 €
Disponible en stock
"Il ne faut pas diaboliser l'islam" affirme Mgr Podvin, porte-parole des évêques de France. "Je ne diabolise pas l'UOIF" dit de son côté le père Christophe Roucou, directeur Service des Relations avec l'Islam, questionné sur les prédicateurs de cette filiale des Frères Musulmans interdits de séjour en France.
"Il faut faire très attention à ne pas diaboliser tous les djihadistes", prévient Mgr Dagens, au sujet de l'entrée des djihadistes d'Al Nosra dans Maaloula (Syrie).
"Le salafisme promu par l'Arabie Saoudite n'est pas violent" rassure le frère Adrien Candiard de l'Institut dominicain d'études orientales (IDEO), Prix des libraires religieux 2017. Le Pape François ose même devant des étudiants italiens : "il n'existe pas de terrorisme islamique". 

Au déni de réalité et à la bienveillance commandés par la sauvegarde, à tout prix, du dialogue, s'ajoute un relativisme mal placé : "certains musulmans peuvent être excessifs, voire fanatiques, concède Mgr Vingt-Trois, comme des catholiques peuvent l'être" complète-t-il aussitôt. D'ailleurs comme dit François de retour des JMJ "si je parle de violence islamique, je dois parler de violence catholique."  

Joachim Véliocas dresse le bilan de cinquante ans de relations islamo-chrétiennes, en remontant aux racines des malentendus. Chapelles devenues mosquées, mosquées inaugurées par des évêques, instituts catholiques à la dérive, les fidèles ont de quoi s'inquiéter.
L'auteur sait aussi relever les positions courageuses d'évêques et de cardinaux au service de la vérité, au sujet d'une hérésie postchrétienne parmi tant d'autres, que beaucoup refusent de qualifier avec clarté.