Le saint de Toulouse Père Marie-Antoine - Mystère populaire en trois tableaux un prologue et un épilogue
PRAVIEL (Armand)
14.00 €
Disponible en stock
"En plein XIXe siècle, le P. Marie-Antoine apparut comme un moine du Moyen-Âge, un de ces moines à la haute vertu, au verbe puissant qui laissèrent sur le monde troublé un long sillage de lumière. Sa génération resta en arrêt devant cet étrange figure à la fois séduisante et rude, et fut profondément marquée par son passage. Il renouvela les gestes des grands apôtres."
C'est par ces mots que son biographe et contemporain, le P. Ernest-Marie de Beaulieu, commence sa sixième, courte, biographie de son aîné, parue en 1946. Une image du missionnaire capucin telle qu'elle était encore véhiculée entre les deux guerres. On comprend mieux l'idée de Raymond Praviel (1875-1944), poète mystique à la fois journaliste et conférencier, comédien et romancier, qui eut son temps de célébrité, d'écrire en 1926 ce mystère, un genre très répandu au Moyen-âge et éminemment populaire. Peu joué, sinon à Toulouse au Jardin Royal en mai et juin 1926, il fut publié en 1935 aux Éditions Privat.
La pièce est bien construite, passant tour à tour de la comédie au drame, d'un apostolat difficile mais encore bon enfant dans la banlieue toulousaine, au tragique des dernières années de la vie du Capucin, depuis l'expropriation et l'exil des religieux en 1903 jusqu'à sa mort en 1907, résistant dans son couvent solitaire et glacé.
Au-delà de quelques outrances dues au genre, les situations mises en scène ont existé, les réparties sont souvent reprises mot pour mot. Il était donc intéressant, pour répondre à des interrogations légitimes, de les confronter aux sources historiques en en précisant les références. Tel est l'objet, en fin de volume, de la contribution minutieuse de Jacqueline Baylé.