15.90 €
Disponible en stock
"Général Koenig, sachez que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil." Voilà en quels termes le général De Gaulle, reconnaissant, félicite le général Koenig de son fait d'armes glorieux de Bir Hakeim. 

Quel honneur pour ce fils d'un facteur d'orgues alsacien ! Et quelle trajectoire brillante ! Pierre Koenig n'était, à l'origine, qu'un simple soldat sorti du rang, engagé en 1917 dans la Grande Guerre. Il avait gagné ses 5 étoiles après une ascension fulgurante. Son sang froid et son sens de la discipline l'avaient dès le début fait remarquer comme un officier d'avenir. Cela se confirme lorsqu'il est envoyé, en 1930, à L'État Major de la Légion à Marrakech, un poste prestigieux. C'est alors le Maroc de Lyautey, le temps de la pacification. Là-bas, il s'illustre lors des opérations dans le Haut-Atlas. La 2nde Guerre mondiale éclate alors qu'il est en pleine ascension. En juin 1940, le capitaine Koenig rejoint Londres avec ses 900 hommes : il devient ainsi l'un des tout premiers officiers de la France Libre, titre qui faisait sa fierté et qu'il revendiqua tout au long de sa vie. En 1942, il arrive dans le désert libyen, face à Rommel. Là, tout n'est que sable. Pendant 15 jours, la bataille de Bir Hakeim se déroule à découvert. Face aux assiégeants de l'Afrika Korps environ 10 fois plus nombreux, Koenig répond : « Nous ne sommes pas ici pour nous rendre ! » La résistance héroïque de la troupe française est saluée par l'ensemble des puissances alliées. Elle produit une forte impression sur Hitler lui-même. Koenig en sort auréolé de gloire ! À la Libération, il descend les Champs-Élysées dans la voiture de De Gaulle.