Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Algérie l´histoire à l´endroit - Les 10 grandes controverses de l´histoire

Référence : 110001
1 avis
Date de parution : 1 février 2017
Auteur : LUGAN (Bernard)
EAN 13 : 9782916393834
Nb de pages : 244
25.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 04 mars
Voir la disponibilité en magasin

Description
Depuis 1962, l'écriture officielle de l'histoire algérienne s'est appuyée sur un triple postulat :
- Celui de l'arabité du pays nie sa composante berbère ou la relègue à un rang subalterne, coupant de ce fait, l'arbre algérien de ses racines.
- Celui d'une Algérie préexistant à sa création par la France à travers les royaumes de Tlemcen et de Bougie présentés comme des noyaux pré-nationaux.
- Celui de l'unité d'un peuple prétendument levé en bloc contre le colonisateur alors qu'entre 1954 et 1962, les Algériens qui combattirent dans les rangs de l'armée française avaient été plus nombreux que les indépendantistes.
En Algérie, ces postulats biaisés constituent le fonds de commerce des rentiers de l'indépendance. En France, ils sont entretenus par une université morte du refus de la disputatio et accommodante envers les falsifications, pourvu qu'elles servent ses intérêts idéologiques. Dans les deux pays, ces postulats ont fi ni par rendre le récit historique officiel algérien aussi faux qu'incompréhensible.
Cinquante ans après l'indépendance, l'heure est donc venue de mettre à jour une histoire qui doit, comme l'écrit l'historien Mohamed Harbi, cesser d'être tout à la fois « l'enfer et le paradis des Algériens ».
Ce livre répond donc aux interrogations fondamentales suivantes : l'essence de l'Algérie est-elle Berbère ou Arabe ? Avant la conquête française, ce pays fut-il autre chose qu'une province de l'Empire ottoman ? Les résistances d'Abd el-Kader et de Mokrani furent-elles des mouvements pré-nationaux ?
Que s'est-il véritablement passé à Sétif et à Guelma en mai 1945 ? La France a-t-elle militairement perdu la guerre d'Algérie ? Quelle est la vérité sur le « massacre » du 17 octobre 1961 à Paris ? Enfin, peut-on raisonnablement affirmer que la France ait "pillé" l'Algérie comme le prétendent certains ?"
TitreAlgérie l´histoire à l´endroit - Les 10 grandes controverses de l´histoire
Auteur LUGAN (Bernard)
ÉditeurBERNARD LUGAN (EDITIONS)
Date de parution1 février 2017
Nb de pages244
EAN 139782916393834
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)18
Largeur (en mm)149
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.46
Biographie
Bernard LUGAN (1946 - )
Bernard LUGAN (1946 - ) Bernard Lugan est né le 10 mai 1946, à Alger.
Docteur en histoire et docteur ès lettres, il est maître de conférences à l'université de Lyon III et s'est spécialisé dans l'histoire de l'Afrique
Voir plus
Les avis clients
Moins d’élections et plus d’ethnographie
5/5 https://www.medias-presse.info/
.----. Parenthèse au milieu d’une longue et insupportable litanie de repentance, Emmanuel Macron a jeté un gros pavé dans la mare des relations entre Paris et Alger. En s’interrogeant sur l’existence de la « nation algérienne » avant la conquête française de 1830, il a en effet frappé au cœur la fausse histoire de l’Algérie. Cette histoire reconstruite sur laquelle repose la « légitimité » des profiteurs de l’indépendance (voir à ce sujet mon livre Algérie, l’Histoire à l’endroit) qui, depuis 1962, mettent le pays en coupe réglée après avoir dilapidé l’incomparable héritage laissé par la France. Le président Macron n’est d’ailleurs pas le premier à poser la question de la réalité historique de l’Algérie. Ainsi Fehrat Abbas, le futur premier chef d’Etat algérien en 1962 qui avait déclaré au mois de février 1936 dans l’Entente franco-musulmane : « L’Algérie en tant que Patrie est un mythe. Je ne l’ai pas découverte. J’ai interrogé l’Histoire ; j’ai interrogé les morts et les vivants ; j’ai visité les cimetières : personne ne m’en a parlé. » Dans sa conférence de presse du 16 septembre 1959, le général De Gaulle disait la même chose : « Depuis que le monde est le monde, il n’y a jamais eu d’unité, ni, à plus forte raison, de souveraineté algérienne. Carthaginois, Romains, Vandales, Byzantins, Arabes syriens, Arabes de Cordoue, Turcs, Français, ont tour à tour pénétré le pays, sans qu’il y ait eu, à aucun moment, sous aucune forme, un Etat algérien ». Au Mali, pourquoi, dix ans après avoir été applaudie, lors du déclenchement de l’Opération Serval, la France y est-elle désormais détestée ? Pourquoi une aide salvatrice dans laquelle elle a laissé 52 de ses meilleurs enfants et des dizaines de mutilés, s’est-elle transformée en entreprise « néo-coloniale » aux yeux des Maliens ? Pourquoi les dizaines de milliers de déserteurs maliens installés dans la région parisienne et qui laissent les militaires français se battre à leur place osent-ils critiquer la France ? Pourquoi un tel retournement de situation ? Pourquoi un tel échec politique ? La réponse est pourtant claire : par refus idéologique et dogmatique de prise en compte du réel ethnique au profit des éternelles nuées démocratiques. Si les dirigeants français avaient eu un minimum de culture, ils auraient pu méditer cette phrase écrite dans le rapport de 1953 du Gouverneur général de l’AOF, précisément au sujet des pays du Sahel : « Moins d’élections et plus d’ethnographie, et tout le monde y trouvera son compte ». Tout est dit dans cette phrase qui explique en quelques mots l’échec actuel de la France dont les dirigeants n’ont pas vu que nous n’étions pas face à une guerre religieuse, mais face à une guerre ethno-raciale millénaire dans laquelle les islamistes se sont insérés. Comme je ne cesse de le dire depuis le début de la guerre, dans toute la BSS, l’islamisme n’est en réalité que la surinfection d’une plaie ethnique historique. Mais encore faut-il ne pas refuser de le voir. Et là encore je dois renvoyer à mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours dans lequel cette problématique millénaire est longuement expliquée. ( Bernard Lugan ) [ Publié par : Pierre-Alain Depauw le 22 novembre 2021 ]