Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Autopsie d´un assassinat - En route pour une dictature mondiale

Référence : 114170
9 avis
Date de parution : 21 janvier 2022
EAN 13 : 9782851902719
Nb de pages : 300
25.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 17 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description
 

 

L'automobile est dans le collimateur du pouvoir, qui a multiplié depuis des années les mesures coercitives contre elle et ses usagers. L'assassinat en cours d'être perpétré n'a rien d'un acte gratuit. Il faut remonter le fil d'Ariane en compagnie de l'auteur, spécialiste des politiques publiques en matière de transport, pour découvrir le mobile caché du crime.

Ce sont les libertés, telles que les entendaient les anciens, qui doivent disparaître avec l'automobile, l'un des tout derniers instruments de liberté. Elles doivent disparaître, avec les derniers reliquats de l'ancien monde - souveraineté des nations, civilisation occidentale et religion d'un Dieu tout à la fois transcendant et incarné - pour faire définitivement place nette au Léviathan tapi, tel le Minotaure en son labyrinthe, derrière les prétendues conquêtes d'une modernité plus que jamais liberticide.  

Bernard Gantois est né à Maubeuge en 1944. Polytechnicien et ingénieur civil des Ponts et Chaussées, il a effectué toute sa carrière au service de la RATP. Auteur de plusieurs livres, il a notamment publié aux Éditions de Chiré une Lettre ouverte au pape François (2017).
TitreAutopsie d´un assassinat - En route pour une dictature mondiale
Auteur GANTOIS (Bernard)
ÉditeurCHIRE (EDITIONS DE)
Date de parution21 janvier 2022
Nb de pages300
EAN 139782851902719
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)12
Largeur (en mm)148
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.25
Biographie
Critique du libraire
Table des matières Première partie : L'Assassinat. Chapitre I : Bienheureux les inventeurs Chapitre II : Concrétisation d'un assassinat Episode 1 : La bombe urbaine Episode 2 : La bombe sécuritaire Episode 3 : La bombe écologique Episode 4 : L'empoisonnement quotidien Chapitre III : In Mémoriam Raison Chapitre IV et Intelligence Chapitre V Paradis Chapitre VI Deux ou Un Chapitre VII Le Bien et le Mal Deuxième partie : Conséquences. Chapitre VIII : La fin de la liberté Chapitre IX : La surpopulation Chapitre X : Le transhumanisme Chapitre XI : L'Ecologie Chapitre XII : La fin de la propriété Chapitre XIII : Indifférenciation Acte 1 : Les petites mains culturelles Acte 2 : Les petites mains sexuelles Acte 3 : Les petites mains biologiques Acte 4 : Le Paradis terrestre indifférencié Chapitre XIV : Le cas de l'islam Troisième partie : Conclusions Chapitre XV : Comprendre le quotidien Chapitre XVI : Fin de partie Chapitre XVII : Maurice Thorez et Mick Jagger
Les avis clients
Sous la plume toujours originale de Bernard Gantois
5/5 Tu es Petrus
.----. Sous la plume toujours originale de Bernard Gantois, la politique sécuritaire et écologique est vue à travers le prisme des politiques publiques de sécurité routière et de réduction du trafic automobile. Cette politique annonce un monde admirable, plus unifié, plus vert, naturellement mieux pourvu en service de sécurité et d’assistance et pétrifié par la menace de l’instrument policier aux mains d’une classe supérieure à visée transhumaine. La liberté pour prix du bonheur : la vieille équation hobbesienne est à l’origine de l’avènement eschatologique de l’État mondial. <p align="right">N. T. <a href= https://www.fssp.fr/nous-decouvrir/publications/tu-es-petrus/ target=_blank>www.fssp.fr/nous-decouvrir/publications/tu-es-petrus</a>
Une analyse impitoyable
5/5 Nous Sommes Partout
.----. Paru aux Editions de Chiré, Autopsie d’un assassinat ou En route pour une dictature mondiale analyse impitoyablement les manoeuvres dilatoires de l’oligarchie mondialiste pour réduire les libertés et transformer la population de la planète tout d’abord en moutons, puis en esclaves. Bernard Gantois, né à Maubeuge en 1944, polytechnicien et ingénieur civil des Ponts et Chaussées, développe la thèse selon laquelle la guerre faite à l’automobile, instrument de liberté s’il en est, cristallise toute la volonté maléfique des maîtres du monde qui pilotent l’armée du mondialisme, grandes banques, multinationales, idiots utiles du système – vegans et autres écolos bobos – volonté de tendre vers un but démoniaque : l’harmonisation totale, et sa diminution drastique, de la population mondiale et la dissolution des nations et particularismes dans le grand bain du métissage, le tout au nom d’un “paradis sur terre” bien éloigné du paradis promis par le catholicisme. Car il s’agit bien ici de deux conceptions du monde qui s’affrontent : l’une, kabbaliste ou franc-maçonne, qui tend à faire de l’homme un dieu, conception éminemment satanique puisqu’elle vise à éliminer Dieu ; l’autre, chrétienne, universelle dans laquelle c’est Dieu qui s’est fait homme pour lui montrer le chemin de la sainteté avec l’aide de la grâce. La vérité rend libre et cette liberté est insupportable aux serviteurs de Mammon qui usent de tous les moyens – et Dieu sait qu’ils en ont – pour la réduire à l’aide des “roquets” du système chargés de formater les esprits à une bien pensance menant à l’indifférenciation. L’auteur voit nos descendants habiter des containers tous identiques, manger la même tambouille synthétique, se déplacer à pied ou à vélo, regarder les mêmes insanités télévisuelles, se métisser ou se “transgenrer”, tandis que les “élites” – suivez mon regard – vivront dans des cités luxueuses, voyageront en jet privé et mangeront des produits frais, leurs enfants glorieusement épargnés par toutes les contraintes réservées à la plèbe, une plèbe réduite à 500 millions d’âmes, pour mieux la contrôler ; mais Autopsie d’un assassinat reste un ouvrage indispensable pour qui veut éveiller et préparer à la lutte ceux qui refusent le système, car, tous ceux qui ont la foi savent que les “maîtres du monde” ont déjà perdu : “Et quand cette dictature, au prix de grands drames, aura disparu, l’homme débarrassé de ses chaînes retrouvera l’idée de liberté en croisant le regard de son cheval. Avant de partir sur sa monture se recueillir au pied d’une croix ayant miraculeusement échappé aux cataclysmes provoqués par ceux qui avaient cru qu’ils “seraient comme des dieux”. <p align="right">Nous Sommes Partout le 13 mai 2021 <a href= https://noussommespartout.com/autopsie-dun-assassinat-bernard-gantois/lettres/ target=_blank>noussommespartout.com/autopsie-dun-assassinat-bernard-gantois/lettres</a>
Présentation de l'émission.
5/5 https://www.tvlibertes.com/
.----. L’automobile est dans le collimateur du pouvoir, qui a multiplié depuis des années les mesures coercitives contre elle et ses usagers. L’assassinat en cours d’être perpétré n’a rien d’un acte gratuit. Bernard Gantois, auteur de l’ouvrage « Autopsie d´un assassinat – En route pour une dictature mondiale » (Éditions de Chiré), que nous recevons dans cette nouvelle émission « Synthèse » (animée par Roland Hélie, Philippe Randa et Pierre de Laubier), nous alerte sur l’urgence de défendre cette liberté essentielle de déplacement individuel, tout autant que collectif. Plus encore, ce sont les libertés, telles que les entendaient les anciens, qui doivent disparaître avec l’automobile, avec les derniers reliquats de l’ancien monde – souveraineté des nations, civilisation occidentale et religion d’un Dieu tout à la fois transcendant et incarné – pour faire définitivement place nette au Léviathan tapi, tel le Minotaure en son labyrinthe, derrière les prétendues conquêtes d’une modernité plus que jamais liberticide. Il faut remonter le fil d’Ariane en compagnie de l’auteur, spécialiste des politiques publiques en matière de transport, pour découvrir le mobile caché du crime. [ Émission du 21/04/2021 ]
TV Liberté.
5/5 http://synthesenationale.hautetfort.com/
Belle annonce sur le site de Synthèse Nationnale pour une émission avec Bernard Gantois le Mercredi 21 avril 2021 : Bernard Gantois invité de l'émission Synthèse sur TV Libertés et, c'est à remarquer il y a un lien pour commander le livre sur notre site ! Dans un monde ou l'entraide est en général réduite au minimum Merci.
A voir sur TV Liberté ou sur le blog d'A.B.
5/5 Perles de culture (Anne Brassié)
.----. Perles de Culture n°288 – Qui veut tuer la voiture, symbole de liberté ? Anne Brassié reçoit Bernard Gantois pour son ouvrage “Autopsie d’un assassinat – En route vers une dictature mondiale” publié aux Editions de Chiré. L’auteur démontre pourquoi il fallait interdire la voiture, symbole de liberté, pour asservir les peuples une bonne fois pour toutes. [ Publié le 3 mars 2021 par Anne Brassié ]
A écouter sur ERFM
5/5 LIBRE JOURNAL DE JEAN-MICHEL VERNOCHET
LE LIBRE JOURNAL DE JEAN-MICHEL VERNOCHET N°43, AVEC BERNARD GANTOIS – ÉMISSION DU 7 JANVIER 2021
Une dictature féroce ?
5/5 https://www.breizh-info.com/
.----. Bernard Gantois est né à Maubeuge en 1944. Polytechnicien et ingénieur civil des Ponts et Chaussées, il a effectué toute sa carrière au service de la RATP. Nous l’avons interrogé sur cet ouvrage, véritable cri de colère face aux privations de liberté qui augmentent chaque jour qui passe en Occident. Breizh-info.com : Quelle est la thèse principale de votre ouvrage ? Bernard Gantois : Le mondialisme politique supposé achevé dans le gouvernement mondial – si hélas cela arrive un jour – ne pourra être qu’une dictature féroce sans laquelle contrôler la planète, même à la population réduite, sera impossible. Or on parle beaucoup aux peuples de liberté depuis qu’en réalité on l’attaque, alors que quand on n’en parlait pas, comme monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, ils en disposaient pleinement. Pour déshabituer progressivement les peuples de la liberté, il faut liquider tout ce qui en est un instrument et/ ou un symbole fort. C’est le cas de l’automobile. Et dans quelques années on pourra écrire l’histoire de l’assassinat ou de la neutralisation d’Internet, qui commence doucement, pour très exactement la même raison. Sans compter, pour le peuple, la destruction de la propriété privée, indispensable à la liberté, qui complète le paysage. Breizh-info.com : En route pour la dictature mondiale sous-titrez vous. N’y allez-vous pas un peu fort ? Bernard Gantois : Il y a d’innombrables déclarations de personnages importants – David Rockefeller, James Warburg, Jacques Attali, qui a même indiqué le lieu de sa capitale souhaitable, Nicolas Sarkozy, qui a précisé que ce serait de gré ou de force et il n’était pas le premier à affirmer ce détail important – expliquant que ce gouvernement mondial est indispensable. On a créé la SDN, puis l’ONU, pour lui fabriquer une structure d’accueil. Et toutes les filiales de l’ONU s’occupent de fantasmes mondialistes : Giec pour le CO2, OMS pour la réduction de la population via la « santé reproductive » et toutes les autres… Alors je n’ai pas, mais pas du tout, l’impression d’y aller fort. Bien au contraire. Breizh-info.com : Qu’est-ce qui fait que la gauche et l’extrême gauche sont devenues les ennemies de l’automobile, pourtant initialement symbole de liberté pour les travailleurs et travailleuses ? Bernard Gantois : La gauche a une qualité : elle est extrêmement disciplinée. Un chef de gauche dit en 2002 « votez Chirac » et en 2017 « votez Macron » et tout le monde de gauche applique en bloc. Les chefs sont mondialistes, dans la lignée de Cloots, Marx, Blum, Thorez, Trotsky et les autres. Ils savent ce qu’il faut faire. La troupe suit. Sinon, sous une forme ou une autre, goulag ou exclusion du groupe. Alors si la hiérarchie dit : « la voiture, c’est abominable », ils le croient et appliquent. Breizh-info.com : Vous avez effectué une partie de votre carrière dans le transport. Comment ce dernier a-t-il évolué en France ? Bernard Gantois : Je n’ai passé que sept ans à Paris au cœur d’une société publique de transport, ayant surtout travaillé sur l’exportation d’ingénierie, la réalisation de projets à l’étranger et dans quelques société privées. Le seul problème des transports publics en France est simple : on n’y fait que de la politique. Quant aux clients, ce sont des usagers, généralement assez usagés. Tout est dit. Pour plus de détails, questionnez Monsieur Blanc, président de la RATP puis député ou Madame Borne, présidente de la RATP puis ministre. Présidents évidemment nommés pour leurs grandes compétences en transports. Mais qui savaient probablement que pour monter dans un train, il faut des marchepieds. Breizh-info.com : On ne vous sent pas franchement amoureux des écologistes, pour quelles raisons ? Bernard Gantois : Quand Soljenitsyne – bien après Kravchenko – a commencé à soulever les jupes de l’Union soviétique et que sa réalité, soigneusement camouflée pendant des décennies, est apparue aux yeux de tous, les rouges occidentaux se sont dits qu’il fallait se recycler dans des idées plus présentables. Leur objectif restant le mondialisme – surtout pour les trotskystes qui sont les plus compatibles avec le libéralisme – ils se recyclèrent sur l’écologie qui peut très facilement être présentée au peuple comme un problème planétaire. On a commencé par parler du problème global de l’extinction des baleines, puis on a diabolisé le nucléaire – quoiqu’en ce domaine il s’agissait surtout de démolir le nucléaire français, objectif atteint, et surtout pas l’américain, bizarre… –, puis a surgi le sujet du CO2 anthropique, puis de la disparition des espèces, et maintenant du virus global dont l’OMS s’occupe. Ceci dit, si je suis très fortement en désaccord avec leurs foutaises, ce sont quand même des humains et il faut prier pour leur salut : il en ont besoin plus que beaucoup d’autres… Breizh-info.com : En quoi les restrictions liées à l’automobile, aux transports, préfigureraient de la disparition progressive de nos libertés ? Bernard Gantois : Quand le mouvement anti-automobile a commencé, nous étions encore libres. Cinquante ans plus tard que reste-t-il de nos libertés ? Liberté de penser, réduite par des médias presque tous alignés – prions pour la survie des autres… – sur la doxa officielle, liberté d’expression anéantie par des lois qui permettent aux tribunaux de condamner le contenu d’un texte voire ses intentions supposées, liberté de se déplacer limitée par les contraintes de tous ordres sur la voiture, voire par la nécessité, dans certains cas, de disposer d’un laisser-passer, liberté de se réunir, dans l’espace public d’abord mais on évoque l’interdiction des réunions de famille – 3 mois avant Noël – ce n’est pas encore l’URSS mais la route en est prise. Un nommé Vladimir Boukovsky, qui connaît la question, a d’ailleurs sorti en 2005 un livre titré : L’union européenne, une nouvelle URSS ?. CQFD. Breizh-info.com : Sans les inventeurs dites-vous, l’humanité n’aurait jamais progressé. Est-ce que le progrès illimité n’est pas non plus un danger qui nécessite des freins ? Bernard Gantois : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » avait dit Rabelais qui ne fut pourtant pas pour rien dans l’évolution de l’Europe vers l’athéisme, constaté par Nietzsche trois siècles plus tard dans son « Dieu est mort ». Donc absence de religion, donc extinction de la morale, donc suppression de toutes les limites. Donc aucun problème pour mélanger l’ADN humain avec celui des porcs ou des mouches. Pour ces cinglés, vive le transhumanisme. Il faut relire et faire lire L’intelligence en péril de mort de Marcel de Corte (1969). C’est urgent. Il explique que l’intelligence livrée à elle-même ne peut que développer à l’infini ses propres fantasmes…. Sans une limite qui lui est supérieure, donc de nature religieuse, l’humanité court à sa perte. Breizh-info.com : La spirale liberticide peut-elle être inversée ? Et si oui, comment ? Bernard Gantois : On peut espérer que ce ne soit pas par un gigantesque cataclysme biologique ou économique qui ferait un « reset » – terme à la mode – total. Mais l’URSS qui paraissait indestructible a implosé, en raison de ses contradictions, sans trop de drames, à part la très violente prédation américaine dont elle a été l’objet pendant la période Eltsine. Il reste à trouver l’amorce qui déclenchera la fin de la bien-pensance dictatoriale française et plus généralement occidentale. Trump ? Marion Maréchal ? Erdogan ? Benoit XVII ? X ? Y ? Au choix… [ Propos recueillis par Yann Vallerie (Yann.vallerie@protonmail.com) ]
Ma réponse .
5/5 Bernard
.----. Il n’y aura pas de vraie révolte tant que les gueux craindront de perdre le peu qu’ils leur reste encore, le rôle de l’État est donc de mettre “le peuple” sur la ligne de crête à savoir, leur laisser juste de quoi exister un minimum en les menaçant de serrer les cordons de la bourse à la moindre rébellion…. en ce moment, l’Etat commence déjà à s’attaquer à leur liberté, c’est un excellent début. Bien sûr, ces débiles continueront à scier la branche sur laquelle ils ont le cul assis en votant micron ou autre mondialistes patentés tout en disant “refugees welcome”. Ensuite ils se feront soit décapiter, soit euthanasier.. BEL AVENIR !
En finir avec la voiture par tous les moyens !
5/5 https://ripostelaique.com/
.----. Nous rencontrons ce jour l’auteur du livre “Autopsie d’un assassinat”, ouvrage qui évoque, entre autres, la stratégie mise en place, depuis 50 ans, par un nombre d’acteurs de la société française pour en finir avec l’automobile… et la liberté qu’elle donne à nos compatriotes. Riposte Laïque : Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ? Bernard Gantois : Ingénieur ayant beaucoup travaillé pour l’exportation des systèmes de transports français, notamment urbains, et à ce titre connaissant très bien l’Amérique, du nord au sud, l’Asie de la Corée à l’Indonésie et un peu l’Afrique du Sud, l’Angola et la Namibie. Puis, pour moins voyager, huit ans à l’intérieur de la RATP comme responsable de l’entretien des infrastructures et ouvrages d’art, poste éminemment stratégique. Ensuite diverses missions au Tunnel sous la Manche (ingénierie équipements fixes), à Bordeaux (tracé et lancement du tramway) et dans des entreprises privées, généralement pour y dynamiser l’export, parfois pour gérer les innovations récentes (signalisation TVM 430 des TGV nord et Eurotunnel). Dernière activité : mise en place et généralisation des badges autoroutiers Liber-T chez CS Communications et Systèmes. Riposte Laïque : Avez-vous déjà écrit d’autres livres ? Bernard Gantois : Trois romans : La saga des Louis, Biographie du Mensonge, Les Guerrières et deux essais politiques : Lettre ouverte au pape François, Le mirage des valeurs de la république – avant le dernier sorti. N’ayant jamais fait de politique, j’écris pour diffuser mes idées, sous diverses formes romanesques ou non. Riposte Laïque : Donc, l’assassinat que vous évoquez dans votre livre est celui de la voiture, et surtout de la formidable liberté qu’elle procure, si nous en croyons votre ouvrage. Vous pouvez nous expliquer ? Bernard Gantois : Le mondialisme est une très vieille idée, mais ayant pris réellement vigueur à la fin du XVIIIe siècle. Or un monde unifié sous un gouvernement unique ne peut pas être autre chose qu’une dictature technocratique et financière impitoyable, puisqu’il lui faut éliminer la variété des hommes (métissage obligatoire de Sarkozy), des langages (anglais obligatoire) et des choses (tous à regarder la même télévision en mangeant le même MacDo). Les groupes actifs travaillant à son établissement – Société Fabienne en particulier – sont nés à la fin du XIXe. Dès que la voiture est apparue, ils ont lutté contre elle, notamment à travers l’Aspen Group, filiale de la Fabienne, en tant que symbole puissant de liberté. Elle l’était devenue car elle avait accompagné l’amélioration des conditions de vie des travailleurs au début du XXe siècle. Et de nos jours, les seuls symboles acceptables sont ceux de la discipline et de la marche au pas : tous avec un masque, par exemple… Riposte Laïque : Et selon vous, pourquoi donc ceux que vous appelez, vous le catholique, les représentants du Bien, voudraient-ils ainsi s’en prendre aux Français moyens ? Bernard Gantois : Les mondialistes considèrent que le monde unifié, par principe en paix sous un gouvernement unique, sera le “Paradis sur Terre” donc le “Bien” absolu. Relire Anacharsis Cloots, par exemple. Donc tout adversaire de ce gouvernement mondial est par définition le “Mal”. Qu’il faut combattre. Ils se moquent complètement des Français – moyens ou pas – qui sont priés d’obéir et de vénérer leurs symboles. Voir certaines déclarations politiciennes de ces derniers temps sur les Français – ou Gaulois – et le culte de sainte Greta Thurnberg. En attendant saint Vaccin. Et en espérant le saint Exorciste qui nous débarrassera du virus, du couvre-feu, des masques et du reste, avec un peu de chance, quelques semaines avant l’élection de 2022 ! Évidemment tout cela n’est pas, mais pas du tout, catholique… Riposte Laïque : Vous voyez, dans cette volonté d’en finir avec la voiture, un pan d’un projet bien plus large. Pouvez-vous nous expliquer cela ? Bernard Gantois : La démolition de la voiture n’est qu’un des aspects, important par sa symbolique, de la liquidation mondialiste d’un monde humain non technocratique. Les attaques plus particulières des écologistes contre la voiture, l’industrie, l’agriculture ressortent de la même origine, la promotion d’un gouvernement mondial, les groupes politiciens prétendument écolos d’aujourd’hui n’étant que l’un des bras armés du mondialisme, via le Giec et quelques autres filiales onusiennes. Relire la vie passionnante de monsieur Maurice Strong… On attend avec intérêt que ces gens s’occupent du CO2 du trafic maritime. Mais toucher au libre échange mondial, pas question, sujet tabou… Par contre, obliger les familles nombreuses à circuler en Twingo, après la disparition, tant souhaitée, des SUV, par leur taxation au poids actuellement seulement reportée, aucun problème… D’ailleurs, la famille, à éliminer aussi : patriarcat préhistorique et bilan carbone, surtout pour les enfants, calamiteux ! Alors, pour traiter cette antiquité désuète, promotion tous azimuts des LGBTQXYZT… Anti-voitures et gay-priders, mêmes soutiens, dans des secteurs différents, des espérances représentées par l’immeuble onusien de l’East River à New-York. Riposte Laïque : Êtes-vous optimiste, et croyez-vous au sursaut populaire que prédisait, récemment, Florian Philippot ? Bernard Gantois : Pas encore, tant que les frigidaires ne seront pas vraiment vides et que l’essence sera disponible. Mais les financiers mondialistes sont si avides de pouvoir qu’ils peuvent fort bien en faire trop et franchir les limites de l’acceptable. Personne, même pas eux, ne peut prévoir les suites de la crise économique qui vient et qu’ils ont sciemment suscitée en continuant sans aucun frein le casino des spéculations bancaires après l’avertissement de la crise de 2008. Même si l’obligation, qui se prépare, de la monnaie informatique, pour supprimer les espèces, est un signe clair de leur inquiétude et de l’étape supplémentaire de dictature sur laquelle ils comptent pour domestiquer la populace énervée par la catastrophe monétaire à venir. À court et moyen termes, tout peut arriver, mais aucune solution, à mon avis, n’émergera à l’issue d’une jacquerie. Et évidemment encore moins d’une élection. L’implosion bancaire, peut-être… À la fin, tout ira mieux, donc il faut garder l’Espérance. Mais, comme c’est clairement écrit dans les livres, après l’Apocalypse… alors il faut, en ce moment, être réaliste ! Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Bernard ? Bernard Gantois : Personne ne détient la Vérité, et sûrement pas moi. Mais si on pense comprendre au moins une partie de ce qui se passe, quand la retraite permet de trouver le temps de lire et de s’informer vraiment, c’est un devoir de le partager. D’où les livres, quand on n’a plus l’âge et la force d’autres moyens d’action. “Les hommes d’armes combattront et Dieu donnera la victoire” disait Jeanne d’Arc. À un certain moment, le sabre se transforme en clavier d’ordinateur… pour continuer, tant que c’est possible, le combat que l’on estime juste. [ Propos recueillis par Pierre Cassen , publié le 24 octobre 2020 ]