Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Avec Massoud - BD

Référence : 65080
1 avis
Date de parution : 1 novembre 2008
Collection : COLL LE VENT DE
EAN 13 : 9782843783364
Nb de pages : 40
15.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 05 juillet
Voir la disponibilité en magasin

Description
Extraits de la préface : Massoud a été assassiné près avoir combattu pour la liberté et l'indépendance de son pays.
Sait-on seulement comment Massoud est devenu symbole de la résistance d'un peuple ? Massoud n'était ni un mythe, ni un héros, c'était un être vrai, avec ses doutes et ses convictions, ses talents et sa grâce si particulière. Si l'Histoire de son pays lui a offert de tenir un rôle hors du commun dans le déroulement des événements, c'est qu'il a compris très jeune que chaque individu peut agir sur le cours des événements. De 1979 à 1989, comme de très nombreux Afghans, il a osé résister à l'intervention soviétique. Il a su devenir le plus efficace de tous les commandants pour organiser la guérilla contre cette armée qu'on disait être une des plus puissantes du monde, qui a massacré plus d'un million de personnes sous le couvert fallacieux de prétendre apporter le bien et le progrès à l'Afghanistan. Avec sa foi et son courage, il a entraîné des paysans à tenir un fusil au nom de la défense de leur liberté et de leur culture.Toujours, il a rêvé de la paix. Il voulait être architecte, les circonstances en ont faitun homme de guerre, un stratège hors du commun. Mais toujours et sans cesse, son objectif a été de ramener la paix et l'indépendance à son pays. Son erreur, parcontre, a été de ne pas vouloir le pouvoir en 1992, lorsqu'il a fait tomber Kaboul. Il s'est alors perdu dans les combats où se sont trouvés aussi piégés ses frères afghans.Depuis 1996, il se battait seul contre les talibans et tous les extrémistes qui étaient leurs alliés, dont les services secrets pakistanais si nuisibles à l'Afghanistan.
Aujourd'hui, Massoud peut devenir une légende car il a été une réalité belle et digne. C'était un homme honnête, juste, qui avait un idéal basé sur le respect des autres, sa religion comme hymne spirituel au mystère de l'univers.
Bon voyage alors aux lecteurs qui vont vivre cette extraordinaire aventure qui a véritablement existé !
TitreAvec Massoud - BD
Auteur GLOGOWSKI (Philippe)
ÉditeurTRIOMPHE (EDITIONS DU)
Date de parution1 novembre 2008
Nb de pages40
CollectionCOLL LE VENT DE
EAN 139782843783364
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)10
Largeur (en mm)230
Hauteur (en mm)292
Poids (en Kg)0.37
Critique du libraire
Hommage de Nicole Fontaine. Préface de Christophe de Ponfilly. Sénario de Serge Saint-Michel. Collection le Vent de l´Histoire. Album BD
Les avis clients
Pour info, le fils Massoud .
4/5 http://www.lescrutateur.com/
.----. Ahmad Massoud, un de Gaulle Afghan ? Je choisis mon titre cum grano salis (avec un grain de sel). De Gaulle était un général français et catholique. L'Afghanistan est une autre civilisation, non moins ancienne, mais musulmane, et aujourd'hui engagé sur le terrain de la radicalisation, comme on dit. Mais sans donner dans des comparaisons hasardeuses, on peut trouver des analogies entre les pays et les hommes. Je me souviens du père d'Ahmad, qui fut assassiné par les radicaux d'Al Quaida. Voiçi que le jeune homme se dresse à son tour contre le fanatisme. On peut toutefois craindre qu'il ne fasse preuve d'une certaine naiveté à attendre quelque chose de l'Amérique de Biden. Qu'Allah lui vienne en aide en lui ouvrant les yeux, sur ses faux frères, et sur les « alliés » décadents. (LS). (https://www.valeursactuelles.com/monde/afghanistan-pour-lutter-contre-les-talibans-le-fils-du-commandant-massoud-demande-des-armes-a-washington/ ) Afghanistan : pour lutter contre les talibans, le fils du commandant Massoud demande des armes à Washington Alors que les talibans contrôlent, depuis bientôt cinq jours, Kaboul et le pouvoir central afghan, tout le pays n’a pas dit son dernier mot. C’est notamment le cas d’Ahmad Massoud, fils du célèbre commandant Massoud, qui réclame l’aide des Etats-Unis pour continuer la lutte. Sans nul doute, le « Lion du Panchir » serait fier de son héritier. Presque vingt ans après la mort du commandant Massoud, assassiné par Al-Qaïda en septembre 2001, son fils entend continuer la lutte engagée par son père contre les islamistes. A l’époque, le commandant Massoud était déjà considéré comme un héros national pour la lutte acharnée qu’il avait menée contre les troupes soviétiques. Depuis, l’URSS s’est effondrée, et c’est bien depuis Moscou que, selon CNews, le chef de la diplomatie russe a fait savoir que la résistance se poursuivait en Afghanistan. Lors d’une conférence de presse, jeudi 19 août, il a notamment évoqué le cas d’Ahmad Shah Massoud, fils unique du commandant. Selon le ministre russe, « les talibans ne contrôlent pas tout le territoire de l’Afghanistan. Des informations arrivent sur la situation dans la vallée du Panchir, au nord-est de Kaboul, où se concentrent les forces de la résistance du vice-président Saleh et d’Ahmad Massoud ». Un support logistique vital Mais cette résistance, qui s’articule autour des troupes de Massoud fils et des soldats fidèles au régime afghan, rassemblé autour du vice-président Amrullah Saleh, n’a pas tous les moyens nécessaires pour s’opposer aux talibans. Aussi, complète CNews, Ahmad Shah Massoud a adressé une supplique aux autorités américaines dans les colonnes du Washington Post, en date du 18 août. « L’Amérique peut encore être un grand arsenal pour la démocratie », martèle-t-il, réclamant pour lui et ses troupes un soutien logistique américain — comprenant des livraisons d’armes et de munitions. Malgré le brusque abandon de l’Afghanistan par les Etats-Unis qui, après avoir longtemps soutenu financièrement les talibans contre l’URSS, s’étaient brutalement invités dans le pays en 2001, Ahmad Shah Massoud conserve l’espoir que « l’Oncle Sam » rachète ses erreurs passées en lui fournissant l’aide nécessaire. Un soutien logistique qui, quoiqu’il arrive, pourrait se montrer plus efficace que le redéploiement des troupes américaines sur place… ou que les supplications des diplomaties occidentales, demandant aux talibans de mettre en place un gouvernement inclusif. [ Publié par Edouard Boulogne le 24 août 2021 ]