Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

Bagarre pour une armée

Référence : 122285
3 avis
Date de parution : 13 avril 2022
EAN 13 : 9782851903259
Nb de pages : 64
8.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 26 février
Voir la disponibilité en magasin

Description
Le colonel Château-Jobert a rédigé ce texte en mars 1958 (donc avant les événements du 13 Mai à Alger), alors qu'il était commandant à Bayonne de la Brigade de Parachutistes coloniaux (BPC), devenue à la fin de cette même année, la Brigade parachutiste d'Outre-Mer (B.P.O.M.). Il s'agit d'un rapport de stage « Combat-choc » qui a permis « à quelques 200 officiers supérieurs de confronter leurs difficultés et leurs inquiétudes » de l'époque dans les centres d'instruction. 

Ce « rapport particulier », décanté, repris et modifié, est devenu « l'œuvre d'une collectivité ». Il exprimait alors « l'inquiétude de chacun devant une stagnation de l'armée dont celle-ci se refuse à être la responsable ». L'auteur reconnaît qu'il s'attaque au commandement, mais qu'il ne fait ici que de « tenter de réveiller la conscience des responsabilités » :  

« Avoir l'esprit-choc au combat et ne l'avoir plus quand l'adversaire à convaincre est le «érieur», ça ne se conçoit pas. Telle est la justification de "Bagarre pour une armée". 
« L'esprit-choc, c'est l'opiniâtreté, la flamme et l'espoir. Quand on ne l'a plus, on ne peut exiger des subordonnés qu'ils l'acquièrent, ni commander ceux qu'ils l'ont. 
« Il faut se mettre à la retraite. » 

Ce document inédit, au-delà du contexte de la guerre d'Algérie, n'a pas perdu de son actualité. Il alimentera la réflexion de tous ceux qui, même sans appartenir à l'armée, s'intéressent aux problèmes de l'autorité, qu'elle s'applique dans le monde militaire comme dans d'autres domaines.
TitreBagarre pour une armée
Auteur CHATEAU-JOBERT (Pierre)
ÉditeurCHIRE (EDITIONS DE)
Date de parution13 avril 2022
Nb de pages64
EAN 139782851903259
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)4
Largeur (en mm)148
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.10
Biographie
Pierre CHATEAU-JOBERT (1912-2005)
Pierre CHATEAU-JOBERT (1912-2005) Colonel, né à Morlaix (Finistère), le 3 février 1912. Officier d'artillerie à l'origine, blessé pendant la campagne de France, il rejoignit l'Angleterre (juillet 1940)... Voir plus
Critique du libraire
" On ne peut que le concéder : malgré les années écoulées, plusieurs des maux soulignés par le colonel en son temps affligent toujours les armées tant françaises que canadiennes pour ne citer que ces deux exemples. Ce qu'il manque également, c'est cette volonté claire de vaincre. Les gouvernements se contentent du déploiement minimum, comme en Afghanistan ou au Mali, pour prouver qu'ils agissent, sans s'investir réellement dans la recherche d'une victoire rapide et définitive, ce qui épargnerait de nombreux militaires. " [ Signé : Rémi Tremblay Canada le 27 mai 2022 ]
Les avis clients
Que faire pour l’armée ?
5/5 https://eurolibertes.com/
.----. Le célèbre colonel contrerévolutionnaire Château-Jobert donne quelques conseils posthumes à l’armée Après des années à couper dans les dépenses militaires et à se limiter à faire le strict nécessaire, parfois moins, la majorité des gouvernements occidentaux a soudainement pris conscience de l’importance d’une armée forte, déployable rapidement et en ordre de marche. Il a fallu que la Russie envahisse l’Ukraine pour que l’Occident comprenne qu’une guerre pouvait encore être déclarée et que contrairement à ce que Francis Fukuyama clamait, le monde n’a pas arrêté de tourner et l’histoire continue de s’écrire. À la suite du déclenchement de la guerre en Ukraine, le Canada s’est empressé de dresser l’état des lieux au niveau de l’armée. Dans ce bilan, on ne vit pas les lacunes pourtant évidentes de notre défense qui repose sur le vœu pieux que personne ne voudrait nous attaquer. Ce qu’on « découvrit » dans cet exercice était idéologiquement cohérent avec la « gouvernance Trudeau » : une armée plus diversifiée serait plus efficace et de plus il faudrait éradiquer cette trentaine de militaires ayant fait des publications critiques de l’immigration. Une fois ces deux mesures impératives prises, nous aurions la « meilleure armée au monde ». Voilà un plan de rehaussement de la défense digne du « woke » en chef. Tous les dirigeants ne sont pas aussi caricaturaux que Justin Trudeau et plusieurs se demandent quoi faire pour avoir une armée plus efficace, plus combative. Davantage d’argent, d’équipement, certes, mais au-delà de l’aspect matériel, comment améliorer l’armée ? C’est là où la brochure Bagarre pour une armée, un inédit du colonel Château-Jobert prend tout son sens. Ce pamphlet rédigé en 1958, après la défaite de Dien-Bien-Phu et durant la tourmente algérienne, se base sur l’expérience et les observations de cet officier réputé qui préféra déserter et rejoindre l’OAS plutôt que de se renier. Les historiens et les aficionados de l’Algérie française peuvent y voir à raison un document historique sur la période trouble qui rendit l’auteur célèbre, mais au-delà de cet intérêt mémoriel, la brochure offre des recommandations simples qu’il faudrait impérativement écouter et adopter, du moins en partie. L’un des premiers points soulevés par Chateau-Jobert est la nécessité d’avoir un corps d’officiers et de sous-officiers jeunes et connectés au terrain. Les sous-officiers doivent être aussi combatifs que leurs hommes et, sur le terrain des opérations, la jeunesse et la fougue sont des atouts dont une armée ne peut se priver. De même, il faut cesser l’approche dogmatique basée sur les théories, pour adopter une approche souple fondée sur le réel. L’expérience et le concret doivent primer sur le champ de bataille. Tout cela ne pourra que renforcer l’autorité de la hiérarchie, mise à mal au moment où le colonel écrivait. Le problème ne s’est pas nécessairement estompé, quoique au Canada, les militaires suivent leur chef par obéissance aux règles, davantage que par adhésion et estime pour les officiers qui les commandent. Une meilleure gestion matérielle doit également être instaurée, ce que tous ceux qui ont enfilé un uniforme admettront aisément. Il n’est pas rare que certaines choses manquent là où on en a besoin, alors qu’ailleurs, on les retrouve sans les utiliser. Une bonne intendance peut favoriser une réduction des coûts ou une maximisation des sommes investies en s’assurant de la répartition logique des armes, munitions et autre matériel. Il ajoute aussi qu’il est temps que le droit de parole soit accordé aux militaires, souvent traités avec moins d’égards que les civils de par leur uniforme, qui leur sert de bâillon. On imagine qu’il aurait défendu les signataires de la lettre ouverte parue dans Valeurs Actuelles le 21 avril 2021. L’armée « doit pouvoir s’exprimer pour exprimer autant sa rénovation interne que les mesures externes lui donnant la possibilité de vaincre, » mais aussi pour mettre en garde sur des menaces intérieures éventuelles. Le dernier point, avec lequel on peut être en désaccord, c’est l’urgence de cesser l’hypocrisie et les bons sentiments. La dissuasion ne gagne pas des conflits : seule une mentalité de victoire peut octroyer la victoire. Il faut selon lui appliquer aux ennemis les mêmes méthodes qu’ils appliquent, aussi brutales puissent-elles être, ce qui fut reproché aux soldats français, mais jamais aux fellaghas, pourtant adeptes des tortures et excisions. « Le paradoxe est le suivant : pour faire triompher nos idéaux, il faut adopter provisoirement des méthodes en apparence non conformes à nos idéaux. La contradiction n’est qu’apparente » explique-t-il. Il propose donc de combattre « salement » ces ennemis qui se comportent sans eux-mêmes suivre les règles établies. Voilà qui a le mérite d’ouvrir un débat de fond hautement plus significatif que les fameux « débats d’idées » auxquels nous sommes habitués. On ne peut que le concéder : malgré les années écoulées, plusieurs des maux soulignés par le colonel en son temps affligent toujours les armées tant françaises que canadiennes pour ne citer que ces deux exemples. Ce qu’il manque également, c’est cette volonté claire de vaincre. Les gouvernements se contentent du déploiement minimum, comme en Afghanistan ou au Mali, pour prouver qu’ils agissent, sans s’investir réellement dans la recherche d’une victoire rapide et définitive, ce qui épargnerait de nombreux militaires. [ Signé : Rémi Tremblay le 27 mai 2022 ] PS : Pourquoi EuroLibertés ? Aborder des questions ponctuelles sur notre continent dans un cadre politique, religieux ou culturel plus large n’est pas répondre forcément aux questions que les lecteurs se posent sur l’Europe. Contrairement aux idées reçues, peu de sites se préoccupent des problématiques européennes, de leurs causes et de leurs conséquences sur la vie quotidienne des pays qui la composent… tout comme sur celles des pays qui n’en font pas partie, d’ailleurs ! Et les rares médias qui parlent de l’Europe sont quasiment tous partisans de l’avènement de ce « village mondial » dont Georges Orwell nous a offert un aperçu dans son ouvrage d’anticipation de référence, 1984. Depuis longtemps déjà, les responsables de TVLibertés, comme moi-même, songions à la nécessité et à l’urgence d’une réinformation européenne… Alors, au cours d’une de nos rencontres – et elles sont fréquentes ! – l’évidence s’est imposée : si nous n’étions pas satisfaits de ce qui existait, d’autres ne l’étaient sans doute pas non plus. La conclusion s’imposait : s’y atteler… et le plus vite possible. EuroLibertés a ainsi immédiatement noué des partenariats avec de nombreux correspondants européens et avec plusieurs sites de réinformation à travers l’Europe (VPost.com, Lesobservateurs.ch, Katehon, etc.) - Signé : Philippe Randa, directeur d’EuroLibertés .
2ème citation...
5/5 Chateau-Jobert.
.----. Pourtant ces questions étaient graves. A la fin d'août j'avais achevé un travail entrepris depuis mars, une sorte de réquisitoire contre les causes et les responsabilités flagrantes du malaise qui régnait dans l'Armée. J'avais donné à ce texte explosif, d'une quarantaine de pages, le titre de Bagarre pour une Armée. ... ...Le support psychologique du stage était tout trouvé : ce serait " Bagarre pour une Armée ". Je n'y mâchais pas mes mots et commençais par m'en expliquer dans l'avant-propos. " Le ton adopté pour présenter ce qui suit est volontairement agressif. Un " bon devoir " proposant, pour une certaine satisfaction intellectuelle, une classification des défauts et fautes du Commandement ne serait une fois de plus qu'une littérature exposant largement et calmement les maux dont souffre l'Armée. Comme on ne voit pas que ce genre de publication ait amené quelque remède, il faut désormais parler crûment, " accrocher ". Il ne faut pas que le lecteur puisse dormir tranquille. Nous accusons." Dès le début de la première partie j'en annonçais les chapitres sous la forme suivante : --" L'Armée est sénile, --" L'appareil militaire se caractérise par son manque de faculté d'adaptation et son imprévoyance, --" Le Commandement méconnait la notion de rendement, --" Le Commandement est faible, --" Le Commandement est malhonnête." A eux seuls ces titres pouvaient être considérés comme injurieux. Ils l'auraient été si, en cinquante pages, je n'avais démontré, par des faits, qu'ils étaient rigoureusement exacts. D'ailleurs pas un seul de mes arguments ne put donner lieu à la moindre réfutation. ... [ Extrait de " Feux et lumière sur ma trace " du Colonel Chateau-Jobert , Presses de la Cité, 1978, p.224-225 ]
Une citation de "Feux et Lumière"
5/5 Chateau-Jobert.
.----. Aussi, quand peu de temps après, je transmis par la voie hiérarchique un document (Bagarre pour une Armée) où j'accusais textuellement la faiblesse et la malhonnêteté du Commandement, l'exemple - entre cent autres - que me procurait le cas Bigeard, me permettait les phrases suivantes : " Nous savons que le Commandement nous trahit par sa faiblesse, mais ça nous gêne que ce linge sale soit exhibé en public par vous (Bigeard). ça nous gêne que le Commandement prouve publiquement sa faiblesse en "encaissant" sans réagir. Et dans l'Armée les paras vous en veulent pour avoir gâché l'influence qu'ils auraient pu, en toute fraternité d'arme, avoir sur les autres unités. Vous vous êtes attaqué à ces unités alors que, par la faute du Commandement, elles n'ont souvent ni les moyens ni les cadres valables pour faire mieux. A cause de vous, aux yeux de tous, les paras ont " le culte de la vedette " et ne s'embarrassent pas de scrupules pour extorquer au Commandement les moyens de travailler." [ Extrait de "Feux et lumière sur ma trace" du Colonel Chateau-Jobert, Presses de la Cité, 1978, p.213-214 ]