Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Barbey d´Aurevilly

Référence : 46565
3 avis
Date de parution : 7 mai 2008
Éditeur : FAYARD (EDITIONS)
Collection : LITT.GENE.
EAN 13 : 9782213633251
Nb de pages : 552
29.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 15 juillet
Voir la disponibilité en magasin

Description
Barbey d'Aurevilly (1808-1889), Normand républicain puis, monarchiste catholique ultramontain a toujours été un franc-tireur dans son propre camp, allant même jusqu'à oublier ses convictions réactionnaires pour avancer des idées parfaitement novatrices.
Dandy féru de lord Byron, de Chateaubriand ou de J. de Maistre, Barbey d'Aurevilly se révéla à la fois, fin critique littéraire et polémiste outrancier. Il fustigea Hugo, Zola et Flaubert pour mieux encenser Balzac et Baudelaire. Mais ce journaliste boulimique et influent qui peina pourtant longtemps à publier ses textes, a-t-il été véritablement reconnu comme romancier de son vivant ?
L'origine de la particule nobiliaire de Barbey d'Aurevilly, ses études à Valognes, ses amours avec Louise Cautru des Costils puis, plus tard, avec la baronne de Bouglon, ses relation avec Maurice et Eugénie de Guérin ont fait l'objet de plusieurs interprétations approximatives voire erronées, que Michel Lécureur a su démêler.
Dans cette biographie richement documentée, M Lécureur a respecté l'un des aphorisme de l'auteur des Diaboliques et d'Une vieille maîtresse, selon lequel "l'érudition par-dessus c'est le fardeau, par dessous c'est le piédestal". 
Michel Lécureur est l'auteur de nombreux ouvrages sur Marcel Aymé dont il a dirigé la publication des œuvres romanesques et un Album dans La Pléiade. Biographe de Marcel Aymé, Raymond Queneau, René Fallet (Belles Lettres), il est passionné depuis toujours par Barbey d'Aurevilly, auquel il a consacré ses premières recherches ainsi que Barbey d'Aurevilly l'ensorcelé du Cotentin (en collaboration avec Christiane Lécureur aux éditions Magellan).
TitreBarbey d´Aurevilly
Auteur LECUREUR (Michel)
ÉditeurFAYARD (EDITIONS)
Date de parution7 mai 2008
Nb de pages552
CollectionLITT.GENE.
EAN 139782213633251
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)30
Largeur (en mm)153
Hauteur (en mm)235
Poids (en Kg)0.84
Critique du libraire
+ 8 p. photos
Les avis clients
Immense talent .
4/5 Réseau RTegain .
.----. Voilà qui ne pourra pas être reproché à Michel Lécureur! Il nous révèle un Barbey dépouillé des oripeaux de sa légende, sur laquelle beaucoup ont écrit pour mieux s’en draper eux-mêmes, un Barbey plus pitoyable qu’exaspérant, un Barbey sans compromis, condamné à courir les journaux pour y exercer le métier de journaliste qu’il méprise, un Barbey solitaire dont l’immense talent de romancier n’est pas reconnu par un siècle bourgeois qu’il déteste, un Barbey complexe, mais un Barbey fulgurant, capable de décrire, dans L’Ensorcelée, l’abbaye de Blanchelande ou la lande de Lessay sans jamais y avoir mis les pieds ! Le biographe de préciser «qu’on atteint là la quintessence de Barbey, ce don du romancier de faire vivre des lieux et des situations qu’il ne connaît pas.» Enfant du Calvados, l’auteur découvre Barbey pendant ses études à l’université de Caen. Sa femme, Christiane, qui vient de la Manche, lui souffle le sujet de son diplôme d’études supérieures: les personnages féminins chez Barbey. Il se plonge dans Un prêtre marié, Une vieille maîtresse, Le Chevalier des Touches… et passe des heures au Musée de Saint-Sauveur-le-Vicomte. Il lit toutes les biographies existantes. Même si certaines étaient pas mal documentées, d’autres bien écrites comme celle d’Hermann Quéru, aucun travail sérieux n’avait été fait. Il se promet d’y revenir un jour. Ce qu’il fait près de quarante ans plus tard,une fois prise sa retraite de professeur. Son but : publier la biographie en 2008, l’année du bicentenaire de la naissance de Barbey. [ Notes de lectures de Georges Leroy - juin 2008 ]
Patient et minutieux travail .
4/5 Réseau Regain .
.----. Mais qu’aurait pensé Barbey du patient et minutieux travail de Michel Lécureur, lui qui avait passé son temps à inventer sa vie ou à la rêver? Parions qu’il aurait fulminé et aussitôt trouvé un journal où publier une réponse brillante et cinglante, au risque de se brouiller, une fois de plus, avec le directeur de la publication… Dans un article paru dans Le Nain jaune en janvier 1867, Barbey a du reste écrit ce qu’il pensait de l’exercice: «La biographie est une ogresse qui veut chaque matin sa pâture, et quand elle ne l’a pas, elle mâche à vide […] Inconséquente, d’ailleurs, et sans conscience, elle confond sans souci les dates, les lieux et même les personnes, ce qui est plus fort!» ( suite ... )
Franc-tireur dans son propre camp .
4/5 Réseau Regain .
.----. Michel Lécureur est l’auteur de nombreux ouvrages sur Marcel Aymé ou Raymond Queneau. Il est passionné depuis toujours par Barbey Aurevilly, auquel il a consacré beaucoup de recherches. Normand républicain puis, monarchiste catholique ultramontain, Barbey Aurevilly (1808-1889) a toujours été un franc-tireur dans son propre camp allant même jusqu’à oublier ses convictions réactionnaires pour avancer des idées parfaitement novatrices. Dandy féru de lord Byron, de Chateaubriand ou de J. de Maistre, Barbey Aurevilly se révéla fin critique littéraire et polémiste outrancier. Il fustigea Hugo et Zola pour mieux encenser Balzac et Baudelaire. Mais ce journaliste boulimique et influent qui peina pourtant longtemps à publier ses textes a-t-il été véritablement reconnu comme romancier de son vivant? Ses études à Valognes, ses amours avec Louise Cautru des Costils puis avec la baronne de Bouglon, ses relations avec Maurice et Eugénie de Guérin ont fait l’objet de plusieurs interprétations approximatives voire erronées que Michel Lécureur a su démêler. Dans cette biographie richement documentée, l’auteur a respecté l’un des aphorismes, de l’auteur des Diaboliques selon lequel "l’érudition par-dessus c’est le fardeau; par-dessous c’est le piédestal". ( suite ... )