Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Chesterton face à l´Islam

Référence : 81860
7 avis
Date de parution : 19 mars 2014
EAN 13 : 9791090029729
Nb de pages : 180
13.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
Auteur de plus de cent livres, maître du suspense, de l'humour et de la polémique, Gilbert Keith Chesterton (1874-1936) a bâti une œuvre qui a vite traversé les frontières de son Angleterre natale. Outre sa série du "Father Brown", son héros de prêtre détective, Chesterton est l'un des écrivains qui s'est posé le plus directement la question de la confrontation de l'islam avec la société moderne occidentale.
Et c'est en poète, en chroniqueur engagé et en romancier qu'il alerte ici son lecteur sur la nature profonde de cette religion par la voix autorisée de l'un de ses meilleurs spécialistes français, Philippe Maxence. 
Passionné par le monde anglo-saxon, Philippe Maxence est notamment l'auteur de Baden-Powell, éclaireur de légende et fondateur du scoutisme (Perrin, 2003), de Pour le réenchantement du monde, une introduction à Chesterton (Ad Solem, 2004), du Monde de Narnia décrypté (Presses de la Renaissance, 2005), de Pâques 1916, renaissance de l'Irlande (Via Romana, 2007) et de L'Univers de Chesterton (Via Romana, 2008). Il est rédacteur en chef du bimensuel L'Homme nouveau.
TitreChesterton face à l´Islam
Auteur MAXENCE (Philippe)
ÉditeurVIA ROMANA (EDITIONS)
Date de parution19 mars 2014
Nb de pages180
EAN 139791090029729
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)8
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)205
Poids (en Kg)0.08
Critique du libraire
C'est en poète, en chroniqueur engagé et en romancier que Chesterton nous alerte sur la nature profonde de l'islam par la voix de son meilleur spécialiste français, Philippe Maxence.
Les avis clients
Un " florilège ".
5/5 Catholica .
.----. Ce petit livre est plein de ressources. Il présente divers écrits de l'écrivain – dont l'auteur est grand lecteur –, étonnamment attentif à un ensemble d'engouements ou de faiblesses affectant la société britannique du début du XXe siècle. L'auberge volante ( The flying inn ), un pub itinérant servant de refuge aux amateurs de bière et de joyeuse camaraderie au milieu d'une société menacée par la sourde peur de déplaire à ceux qui la menacent. Deux petits chapitres sur le libre-arbitre (nié en islam) et sur une comparaison entre le monothéisme musulman et l'unitarisme. Un « florilège » (pp. 109-156) classe alphabétiquement diverses citations de Chesterton. Ce dernier considérait l'islam comme une sorte d'utile mouvement de simplification opposé au paganisme, mais d'abord contre le christianisme : ce que persécuta Mahomet, « ce fut l'idée de Dieu fait chair, et ensuite fait bois ou pierre » [ numéro 125 - automne 2014 de " Catholica " ( 18 rue Anatole France - 37540 - St Cyr sur Loire ) ].
Nous n'avions pas été avertis.
5/5 Action Familiale et Scolaire .
.----. Dans la 2è partie, " florilège ", il déclare les musulmans plus antisémites que les chrétiens. Incontestablement, l'islam converti, le monde aurait été plus heureux. Il rejoint ainsi le père de Foucauld. Et voici un des derniers articles de ce florilège : " TURQUIE :... Il est insensé de laisser les Turcs à Constantinople... comme si les romains avaient annexé la Parthie, mais livré Rome." . ****** . Cette note, comme beaucoup de considérations recueillies dans ce petit livre, nous ramène bien à notre époque et nous rappelle que, depuis les croisades, il n'y a rien de nouveau sous le soleil. S'il nous arrive malheur en Occident, on ne pourra pas dire que nous n'avions pas été avertis. ( signé JdS dans l'AFS, numéro 236 - décembre 2014 - le numéro 11 euros - l'abonnement 55 euros - Adresse : BP 80833 - 75828 Paris cedex 17 ).
Une hérésie chrétienne .
5/5 Action Familial et Scolaire .
.----. L'aspect fondamental de l'islam conduit Chesterton à le comparer à l'unitarisme qu'il côtoyait en Angleterre. Il voit déjà la désaffection de Dieu chez les chrétiens, cela ne l'empêche pas de dire que la seule objection à faire vis-à-vis de la religion d'Omar, ( note : Omar Khayyam, penseur et écrivain persan ( 1048-1131 ), très connu à l'époque en Angleterre. ) c'est qu'elle attribue à Dieu un refus de la liberté humaine. L'islam exclut donc la relation d'amour, de même qu'il est une religion sans joie. Chesterton reproche aux musulmans leur rigorisme, très souvent un " rigorisme de cimeterre ". Il parle de l'islam comme d'une hérésie chrétienne. ( note : Saint Jean Damascène, issu d'une famille arabe au VIIIe siècle pensait déjà cela. ) ( suite ... ).
Graves menaces ...
5/5 Action Familial et Scolaire .
.----. Chesterton a étudié l'aspect religieux, ( note : Il faut toujours rappeler le parcours de Chesterton, à partir de l'anglicanisme, en retournant au christianisme à travers une période de paganisme : en 1922, il devint officiellement catholique romain. ) mais, de cette étude il en déduit l'aspect politique. Son cinquième roman, " L'AUBERGE VOLANTE " décrit une tentative de soumission de l'Angleterre à l'islam à commencer par l'interdiction des boissons alcoolisées. Cela lui permet de dénoncer la démission des élites, la folie du libéralisme, capable de vendre un pays à l'une des plus graves menaces qui soit, l'islam. Pour Chesterton, capitalisme et islamisme ont des intérêts communs. La capitulation de l'Occident devant l'islam n'est que l'aboutissement d'une déroute qui coïncide avec la modernité : rejet de la réalité, de l'histoire, des traditions... chimère d'un monde nouveau créé par l'homme. ( suite ... ).
Aux chrétiens d'Orient ...
5/5 Action Familial et Scolaire .
.----. ce livre est dédié aux chrétiens d'Orient qui souffrent et témoignent de leur foi, dans l'indifférence de l'Occident. ( note : N'est-ce pas plutôt de l'aveuglement ou de la mollesse ? ) L'auteur en est à son quatrième livre sur Chesterton ( 1874-1936 ) un des plus importants écrivains anglais du début du XXe siècle. C'est en poète, chroniqueur engagé, que Chesterton alerte ici le lecteur. Les trois parties concernent l'approche théologique, puis un florilège de citations, et enfin deux poèmes en rapport avec l'islam. . ****** . Chesterton a écrit avant la deuxième guerre mondiale, à une époque où les empires français et anglais existaient et où le mot décolonisation était loin des pensées. L'immigration était européenne et le danger islamique était loin des pensées populaires. ( suite ... ).
Pages prophétiques.
5/5 Les 4 Vérités Hebdo.
.----. Notre ami Philippe Maxence, excellent connaisseur de l’œuvre de l'écrivain anglais Chesterton, a récemment publié un petit essai sur " Chesterton face à l'islam ". Il est bien évident qu'au début du XXe siècle, le réveil de l'islam dans le monde n'était pas encore une réalité - ni, a fortiori, l'islamisation de l'Europe. Et, pourtant, Chesterton écrivit des pages réellement prophétiques sur ces sujets. Et, notamment, sur le rôle que les " élites " européennes pourraient jouer dans cette islamisation - par lâcheté, par goût pour le totalitarisme, par zèle hygiéniste ou liberticide pour la prohibition... Des pages à méditer pour mieux comprendre la situation actuelle de l'Europe. ( numéro 953 - vendredi 25 juillet 2014 - spécimen sur demande à " Les 4 Vérités Hebdo-Everial" - 123 rue Jules Guesde - 92300 Levallois.)
Une découverte littéraire .
3/5 Jean de Fréville .
.----. Philippe Maxence, rédacteur en chef de L'Homme nouveau, est un passionné de Gilbert Keith Chesterton, cet écrivain anglais si inventif et si fougueux, né protestant et converti au catholicisme durant ses pérégrinations intellectuelles. À part de son association, Les Amis de Chesterton, Ph. Maxence inaugure une toute nouvelle collection chez Via Romana, afin de faire connaître à tous le maître britannique qu'il admire tant. . .******. . L'ouvrage se décompose en trois grandes parties : la première (cinq chapitres), veut « montrer l’approche théologique de l’islam sur laquelle s’est appuyé Gilbert Keith Chesterton » (p. 9). Cette première partie est celle pour laquelle Philippe Maxence a le plus de mérite, ayant bien travaillé et peaufiné son sujet. « La seconde partie, plus courte, est constituée d’un florilège de citations, empruntées à divers livres ou articles de Chesterton et qui éclairent, chacune à sa manière et chacune sur un thème bien précis, la façon dont il a traduit par écrit son regard sur l’islam » (p. 10). « Enfin, la troisième partie rassemble deux poèmes ayant eux aussi rapport avec l’islam, dont le célèbre poème Lépante qui accompagna un certain nombre de soldats dans les combats des tranchées de la Première Guerre mondiale » (p. 10). . .******. . En guise d'introduction, l'auteur nous présente, en une courte biographie, Chesterton : il passe en revue sa remarquable constitution physique haute d’1,90 m (p. 20), ses études en beaux-arts puis en lettres (p. 18), ses premiers poèmes, son premier emploi chez un éditeur et ses critiques de livres réalisées pour survivre (p. 18), ses « milliers d’articles et […] centaine d’ouvrages » (p. 14), ses velléités pacifiques lors de la guerre contre les Boers, sa conversion au catholicisme en 1922 (p. 24-25) et celle de son frère Cecil (p. 42), ses deux grands essais intitulés Heretics et Orthodoxy en 1905 et 1908 (p. 21-24). Etc. . .******. . . Puis vient le vif du sujet. Il n’était pas évident d'envisager si tôt, en ce XXe siècle balbutiant, les problèmes qui suralimentent aujourd'hui l'actualité. « Chesterton est l’un des écrivains, et plus généralement des observateurs de son temps, qui s’est posé directement la question de la confrontation de l’islam avec la société occidentale moderne » (p. 14). « [C]’est essentiellement en écrivain, traversé par une vision poétique de l’existence, en chroniqueur engagé et en romancier qu’il a alerté ses contemporains des dangers de l’islam, susceptible alors de se réveiller car la nature profonde de cette religion est d’être conquérante » (p. 15). L'islam se montre dangereux, et cela par ses racines mêmes. L'œuvre dans laquelle Chesterton a le plus parlé de l'islam, de manière percutante, c'est L'Auberge volante. Nul doute que le lecteur de cet agréable petit Chesterton face à l'islam désirera ensuite parcourir les pages de ce roman atypique. Là, Chesterton n’hésite pas à mettre en scène, dès 1914, une Angleterre libérale, prohibitionniste pour bien des choses (exemple criant : l’alcool), collaborant en ce sens avec l’islam tant décrié. « L'Auberge » incarne alors un lieu de résistance, et un parangon de la société vraie, véritable. Une découverte littéraire. ( Jean de Fréville sur le site : " VEXILLA GALLIAE " )