Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Le site est encore instable, nous vous remercions de votre compréhension. 

Le site est encore instable, si vous rencontrez un soucis technique, n'hésitez pas à nous appeler au 05 49 51 83 04

Fréron, le journaliste qui raillait les "philosophes"

Référence : 118425
1 avis
Date de parution : 10 août 2021
EAN 13 : 9782851903303
Nb de pages : 40
6.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
Élie-Catherine Fréron (1718-1776) fut un journaliste catholique, défenseur du Trône et de l'Autel, dans un siècle dominé par la propagande philosophique. 

Le "philosophe", cette création des ennemis de la monarchie et de l'Église, professait les thèses libertines du siècle passé en les dissimulant sous une idéologie acceptable par la société. Fréron mit au jour pour les lecteurs de l'Année littéraire cette oeuvre de propagande et montra que les "philosophes" agissaient de conserve pour saper les fondements de la société. 

Il fut la cible d'une intense cabale. Brunetière saluant sa mémoire écrivait en 1882 : "Cet homme [...], a seul ou presque seul contre tous, en dépit des injures, en dépit de la Bastille [...] soutenu trente ans durant les droits de la critique et de la liberté de penser." 
Sébastien Colinet est professeur d'histoire. Il est rédacteur à la revue Lectures Françaises dans laquelle fut publiée cette étude sur Fréron (dans le n° 743 de mars 2019).
TitreFréron, le journaliste qui raillait les "philosophes"
Auteur COLINET (Sébastien)
ÉditeurCHIRE (EDITIONS DE)
Date de parution10 août 2021
Nb de pages40
EAN 139782851903303
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)2
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)210
Poids (en Kg)0.07
Critique du libraire

Élie-Catherine Fréron (1718-1776) fut un journaliste catholique, défenseur du Trône et de l'Autel, dans un siècle dominé par la propagande philosophique. Il montra que les "philosophes" agissaient de conserve pour saper les fondements de la société et fut pour cela la cible d'une intense cabale.

Les avis clients
Une étude très intéressante
5/5 Henri
Je viens de lire avec intérêt votre étude sur Fréron, "le journaliste qui raillait les philosophes". Je ne savais strictement rien de lui avant cette lecture, si ce n'est, depuis l'âge de douze ans (et j'en ai 93), qu'il avait existé et son nom. Je devais ce début de connaissance à ce que ma mère admiratrice de Voltaire, nous avait enseigné par coeur, à mon frère et à moi, le quatrain ci-après de son philosophe : Un jour dans un vallon Un serpent piqua Jean Fréron. Que pensez-vous qu'il arriva ? Ce fut le serpent qui creva. Le connaissiez-vous ? Je comprends mieux maintenant l'inimitié qui régnait entre les deux hommes. Merci pour votre excellent complément.