Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Gestion de la barbarie

Référence : 13416
1 avis
Date de parution : 1 avril 2007
Auteur : ABU BAKR NAJI
EAN 13 : 9782851621993
Nb de pages : 250
24.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
Sous le titre Etudes stratégiques, les théoriciens du jihad communiquent leurs consignes terroristes aux islamistes du monde entier. Publiés en Orient et en arabe, ces textes ne sont pas connus du public et n'attirent pas l'attention des dirigeants occidentaux.
Au premier rang des stratèges islamistes, Abu Bakr Naji, recherché par toutes les polices, diffuse le traité de la Gestion de la barbarie, sous-titré L'étape par laquelle devra passer l'islam pour restaurer le califat.
Abu Bakr Naji détaille, exemples à l'appui, les instructions à suivre pour démoraliser et détruire l'Occident.
Ce document hallucinant, Mein Kampf des islamistes, donne un sens aux informations de la presse. Il faut le lire et le faire connaître pour qu'il ne sois pas dit :"Nous ne savions pas !"
TitreGestion de la barbarie
Auteur ABU BAKR NAJI
ÉditeurPARIS CONSEP (EDITIONS DE)
Date de parution1 avril 2007
Nb de pages250
EAN 139782851621993
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)20
Largeur (en mm)140
Hauteur (en mm)200
Poids (en Kg)0.29
Critique du libraire
Ce volume contient le recueil des consignes terroristes données aux islamistes et les instructions à suivre pour démoraliser et détruire l´Occident. Un document hallucinant qu´il faut lire, diffuser et répandre pour qu´il ne soit pas dit : "Nous ne savions pas !" Préface de Jacques Heers.
Les avis clients
Le " mein Kampf " de notre époque !
3/5 Le Salon Beige .
.----. 13 février 2015 : "Gestion de la barbarie" .---. Il s'agit du titre d'un livre, écrit par Abu Bakr Naji (probablement un pseudonyme collectif), et qui est très certainement, d'après Valeurs actuelles, le livre de chevet des chefs djihadistes qui sévissent partout dans le monde, qu'il s'agisse d'Al Qaïda, de Daesh ou de Boko Haram. Jamais traduit avant avril 2007, date à laquelle il est sorti en France aux Editions de Paris avec une préface de Jacques Heers, il est comparable par son importance au "Mein Kampf" d'Hitler, dont le maréchal Lyautey recommandait la lecture afin de comprendre ce qui se tramait. .-----. .********. .-----. Cet article d'avril 2009 analyse ce livre comme étant le memento du parfait barbare djihadiste, et les évènements auxquels nous assistons depuis ces dernières années montrent que les conseils qu'il prodigue sont suivis à la lettre. Ce texte revêt une importance particulière dans le contexte qui est le nôtre : "Ce texte, jamais traduit en français, a été longuement étudié par le Combating Terrorisrn Center de West Point (le Saint-Cyr américain) et l’Olin Institute For Strategic Studies d’Harvard, vigilants observateur de la menace islamiste. Dans l’esprit même du philosophe chinois Sun Tzu : « Si tu connais ton ennemi et si tu te connais toi-même, ta victoire ne fera aucun doute. Si tu connais le Ciel et si tu connais la Terre, tu peux faire que ta victoire soit encore plus complète. »[...] [...] "[C]es travaux jihadistes sont intelligents (et diaboliquement intelligents), ce sont des manuels d’insurrection globale rédigés par des penseurs particulièrement doués. La question peut se poser de savoir si ces textes guident les actions des jihadistes de terrain. Ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’ils sont lus et étudiés par l’intelligentsia jihadiste et qu’ils sont la meilleure des sources pour comprendre la nature intrinsèque du mouvement jihadiste.»[...] Que dit Abu Bakr Naji [l'auteur du livre - NDMB] ? Qu’il ne croit pas que le mouvement jihadiste peut vaincre les États-Unis via un affrontement frontal mais qu’il peut le faire au prix d’une guerre planétaire et terroriste. En propageant partout la peur, la mort, la haine, en frappant les alliés — musulmans et non-musulmans — des infidèles, en ruinant les économies des puissances occidentales, se mettra en place une barbarie (nous aurions pu aussi bien traduire le titre arabe par Gestion de la sauvagerie) que les jihadistes auront à gérer. Et c’est de cette gestion (ce management en anglais), étape indispensable, qu’émergera le califat, la victoire d’Allah, le règne de l’Oumma. .----. .********. .----. Les actions terroristes tous azimuts, explique — et veut démontrer — Abu Bakr Naji, créeront un tel sentiment d’insécurité que des régions entières, des régions « barbares », des régions « sauvages », seront abandonnées aux jihadistes qui s’appliqueront alors à les gérer, appelés à le faire — suppliés de le faire — par les populations (musulmanes mais aussi non-musulmanes) hébétées de terreur et avides d’un retour à l’ordre. Une fois l’ordre islamique, l’ordre de la charia, rétabli, la marche vers le califat coulera de source. .----. Une illusion jihadiste ? Pas vraiment. Souvenons-nous qu’après les attentats islamistes de Madrid, une majorité d’Espagnols ont renvoyé le très pugnace Aznar pour se jeter dans les bras de Zapatero qui leur promettait d’acheter leur sécurité — leur dhimmitude en fait — en se rangeant aux exigences jihadistes : le retrait des forces espagnoles engagées en Irak.[...] On lira aussi avec intérêt ce que Abu Bakr Naji écrit de l’utilisation des médias et de l’opinion publique, explicitant bien qu’il y a là un « ventre mou » qu’il convient de manipuler intelligemment. La méconnaissance de la menace islamiste et ce tabou suicidaire de s’interdire tout amalgame entre « islam » et « islamisme » sont les meilleurs alliés des théoriciens du jihad. D’un côté, des combattants prêts à tout — et d’abord au pire — pour imposer la loi de l’Oumma. De l’autre, des peuples fatigués et des gouvernants sans réelle volonté politique. D’un côté, la barbarie comme moyen de conquête. De l’autre, un mol endormissement…" [...] .----. Un "mol endormissement", quelques pilules de padamalgam, et de douces "marches républicaines" dans un entre-soi bien confortable... [ Posté le 13 février 2015 à 13h44 par Marie Bethanie dans le " Salon Beige " ]