Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

Histoire de la milice

Référence : 10167
Date de parution : 1 janvier 2004
Éditeur : PERRIN (EDITIONS)
EAN 13 : 9782262012502
Nb de pages : 576
25.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
La milice française se voulait une chevalerie porteuse de force et de renouveau. Elle devint une phalange maudite. Souvent évoquée, mais peu étudiée, mal connue (la seule Histoire de la Milice, celle de Delperrié de Bayac, est parue il y a trente ans), la milice a fini par être considérée comme une sorte de Gestapo française au service de l'ennemi, comme un ramassis de pillards et d'assassins vaguement coloré de blanc par la présence en son sein de quelques hobereaux du Centre et du Sud-Ouest. La milice, plus complexe qu'il n'y paraît, est un témoignage extrême des ravages qu'ont pu exercer sur des hommes d'action, patriotes mais bardés d'œillères, d'abord un "maréchalisme" exacerbé et la phobie de la République, ensuite un anticommunisme obsessionnel et enfin les prédications des ultra-collaborationnistes. Pierre Giolitto explique le fatal engrenage qui, à partir de la débonnaire Légion via le Service d'Ordre Légionnaire (SOL), a conduit en janvier 1943 à la naissance de la milice, sous l'impulsion de Joseph Darnand, héros légendaire de 14-18 et de 39-40, son fondateur, son patron et son âme, qui trouvait Vichy trop faible et trop composite. Elle se lança avec conviction, et bientôt avec une violence aiguisée par les attentats dont ses membres étaient victimes alors qu'elle n'était pas armée (elle ne le sera qu'à partir de novembre 1943), dans la lutte contre tous ceux qui, à ses yeux, étaient des suppôts de la démocratie et des alliés objectifs du bolchevisme : les maquisards et les "judéo-saxons". Enfermés dans la certitude que la défaite de l'Allemagne déboucherait sur une France communiste dans une Europe dominée par Moscou, la milice devint inéluctablement l'alliée de l'occupant. Ses effectifs étaient restreints (guère plus de 8000 hommes armés) mais, privilégiée par la nomination de son chef, en décembre 1943, comme secrétaire général du maintien de l'ordre (on parla d' "Etat milicien"), elle écrira en sept mois de 1944 les pages noires qui lui vaudront et lui valent encore de se voir attribuer tous les crimes, y compris ceux des autres. Enfermés dans un sombre isolement, soldats-policiers d'une cause perdue, mélange d'hommes de foi et d'hommes de main, les miliciens allèrent jusqu'au bout de leur dévoiement. 
Pierre Giolitto est né le 29 juin 1932. Docteur ès-lettres, il a été chef du service d'informations du ministère de l'Education nationale. Historien et pédagogue, Pierre Giolitto a publié de nombreux ouvrages, relatifs notamment à l'histoire de l'enseignement et, chez Perrin (1191) : Histoire de la jeunesse sous Vichy.
TitreHistoire de la milice
Auteur GIOLITTO (Pierre)
ÉditeurPERRIN (EDITIONS)
Date de parution1 janvier 2004
Nb de pages576
EAN 139782262012502
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)40
Largeur (en mm)155
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.75