Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Histoire du Mouvement fasciste

Référence : 109130
Date de parution : 1 mai 2019
EAN 13 : 9781912853052
Nb de pages : 258
17.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 19 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description
Professeur d'histoire moderne à la Faculté des sciences politiques de Rome, secrétaire général de l'Académie royale d'Italie, membre de l'Académie des Lynx, directeur de l'École d'histoire moderne et contemporaine, de l'Institut de politique internationale de Milan et de la Rivista Storica Italiana, Gioacchino Volpe (1876-1971) fut l'une des autorités intellectuelles du fascisme italien. Au fil d'un récit alerte et dense, il retrace dans le présent ouvrage l'histoire du fascisme dans lequel il voit le point culminant de l'histoire de l'Italie et, avec Benito Mussolini, "l'antithèse nette, catégorique, définitive de la démocratie, de la ploutocratie, de la maçonnerie, en un mot, de tout le monde des immortels principes de 1789".
Traduit par l'éditeur, critique littéraire et poète Jean Chuzeville et réédité pour la première fois en français depuis sa parution en 1940, le livre est enrichi d'une préface de Vincent Vauclin, fondateur de la Dissidence Française, et d'une postface de Massimo Magliaro, ancien responsable du Mouvement social italien et actuel directeur de la Storia Rivista.
TitreHistoire du Mouvement fasciste
Auteur VOLPE (Gioachino)
ÉditeurRECONQUISTA PRESS (EDITIONS)
Date de parution1 mai 2019
Nb de pages258
EAN 139781912853052
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)14
Largeur (en mm)128
Hauteur (en mm)197
Poids (en Kg)0.28
Critique du libraire
Préface : C'était il y a un siècle. En 1919 s'esquissaient les premiers contours de ce qui deviendra l'aventure politique la plus fulgurante - et la plus controversée - du XXème siècle : le fascisme. Héritier tant du syndicalisme-révolutionnaire que d'un nationalisme revanchard et irrédentiste, fruit de la rencontre fortuite entre une audace impétueuse forgée dans les braises de la Grande Guerre, et de pressantes revendications populaires de justice, d'ordre et de légitimité, tout à la fois anti-bourgeois et anti-marxiste, le fascisme surgit en Italie dans le contexte confus d'une crise profonde du parlementarisme et de la menace de soulèvement insurrectionnel que faisaient planer les communistes sur la péninsule. À l'atonie démissionnaire des gouvernements libéraux qui menaient l'Italie à sa perte, le fascisme répondit par la vitalité, la fougue et l'autorité d'une génération incandescente qui avait découvert dans l'épreuve de la guerre des valeurs bien plus hautes que celles qu'incarnait alors une bourgeoisie réactionnaire qui n'avait su se hisser à la hauteur des sacrifices qu'elle avait exigés de son peuple. Aux capitulations d'une démocratie technocratique et gestionnaire, les fascistes opposèrent une politique de civilisation innervée d'une volonté de puissance prométhéenne, établissant la primauté de l'intérêt national sur les intérêts particuliers, et oeuvrant à l'édification de l'homme nouveau qui porterait un coup d'arrêt à l'avilissement et à la décadence matérialiste pour bâtir la nouvelle Rome impériale. C'est ainsi que s'opéra en un temps record le redressement économique et moral de l'Italie qui, grâce à des réformes d'ampleur frappées du sceau du pragmatisme et de l'efficacité, renoua avec la prospérité, dépassa les antagonismes de classes et modernisa ses infrastructures. Le fascisme vint en quelque sorte parachever le Risorgimento en consolidant un processus d'unification italienne longtemps miné par les disparités économiques, les rivalités régionales et l'instabilité institutionnelle chronique qui menaçaient de la faire imploser. Au fil des pages de cette Histoire du Mouvement Fasciste publiée initialement en 1940, Gioacchino Volpe retrace cette épopée avec le regard d'un contemporain enthousiaste et la démarche de l'historien soucieux des faits. Une étude qui offre au lecteur un témoignage remarquable, et qui tranche avec les biais idéologiques de l'historiographie actuelle qui se borne à ne voir dans le fascisme qu'un totalitarisme brutal et meurtrier. Et si depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale et le verdict délivré par le Tribunal de Nuremberg en 1946, affubler de l'épithète de « fasciste » le parti adverse est devenu le procédé rhétorique le plus en vogue pour frapper d'infamie les oppositions gênantes, si l'on ne compte plus les ouvrages, les revues, les films et les documentaires exclusivement à charge qui y sont consacrés, c'est précisément parce qu'il importe aux élites occidentales de dissimuler sous le voile de l'opprobre une expérience politique, économique et sociale des plus singulières, finalement fort éloignée de la caricature grossière qu'en firent les démocraties victorieuses de l'Axe. En somme, si le fascisme est aujourd'hui encore perçu comme une menace par les démocraties libérales, c'est d'abord parce qu'il les renvoie à la faillite de leurs utopies et au naufrage de leurs promesses, et que loin d'avoir sombré dans les abysses de l'Histoire, il a acquis pour nombre d'Européens le caractère d'un mythe à la puissance évocatrice inaltérable. (Vincent Vauclin, préface)