Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Huit ans otage chez les Viets 1946-1954

Référence : 20760
3 avis
Date de parution : 4 juillet 1997
Auteur : MOREAU (René)
Collection : HISTOIRE
EAN 13 : 9782857044581
Nb de pages : 324
18.60
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
Le calvaire du ministre plénipotentiaire et ancien ambassadeur René Moreau, capturé en violation d'engagements pris par Hô Chi Minh.
En 1946, en mission consulaire à Vinh, localité du Nord-Annam, René Moreau, alors administrateur de la France d'outre-mer est pris en otage et va partager le sort d'une centaine de Français traînés en déportation après l'insurrection vietminh du 19 décembre. En 1952, à marches forcées, pieds-nus sur 800 kilomètres de jungle, il est poussé jusque dans les camps d'internement Nord Tonkin. Sa survie tient du prodige chez ce captif, le seul qu'on appelait "Monsieur".
Dans "8 ans otage chez les Viets", René Moreau fait le récit de cet héroïque et douloureux périple qui ne s'achèvera qu'en août 1954 en vertu du cessez-le-feu qui a suivi le désastre de Diên Biên Phu. Des dizaines de milliers de jeunes Français, civils et militaires, internés dans les camps, fort peu reviendront ; les séquelles de cette abominable captivité allaient d'ailleurs emporter prématurément nombre d'entre eux parmi lesquels René Moreau lui-même et l'écrivain-combattant Erwan Bergot qui, dans la préface de cet ouvrage, résumait son enqaqernent : "Non ! Jamais je n'oublierai".
Le témoignage de René Moreau est, en effet, historique, à travers mille détails du quotidien comme de l'essentiel , avec la description du dessein hégémonique et des méthodes dégradantes d'une barbarie moderne qui devait d'ailleurs succomber, quarante ans plus tard, de ses propres excès derrière le rideau de fer.
L'otage rescapé d'une telle épreuve nous a légué - avec le souvenir de sa trempe et de son coeur - l'exemple d'un amour que n'ont jamais pu entamer les manipulations de la haine et qui rencontre, aujourd'hui, une signification renforcée dans le renouveau des relations de la France avec les pays de l'ancienne Indochine.
Un grand et beau livre couronné par le prix Vauban décerné par l'IHEDN et le prix Pavie de l'Académie des Sciences d'outre-mer. Ch. Jeantelot ancien ambassadeur, ancien interné des camps vietminhs n° 1 et 113. 
René Moreau, disparu en 1984, ministre plénipotentiaire et ancien ambassadeur, était le fils de l'amiral Jacques Moreau, préfet maritime à Alger au moment du débarquement américain en 1942.
TitreHuit ans otage chez les Viets 1946-1954
Auteur MOREAU (René)
ÉditeurPYGMALION (EDITIONS)
Date de parution4 juillet 1997
Nb de pages324
CollectionHISTOIRE
EAN 139782857044581
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)23
Largeur (en mm)154
Hauteur (en mm)240
Poids (en Kg)0.52
Les avis clients
8 ans otage
5/5 jean claude
Extraordinaire,je compare avec "convoi 42" de Bergot
Marche en enfer.
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. Pour nous, qui avons connu de près avec quelle souffrance profonde, mais quelle modestie aussi, ceux qui en revenaient, vivaient leur épreuve, sans vouloir l'imposer à leur entourage, nous ne pouvons que remercier René Moreau de son courage d'écrire aujourd'hui. Il faut lire ce livre, journal quotidien de cette longue marche en enfer, et le faire lire aux plus jeunes générations. C'est un livre de vrai courage, fait d'humilité, de dignité, d'héroïsme quotidien, d'un grand soldat, d'un grand chrétien. Sa vérité éclate à chaque page et sa voix résonne longtemps dans nos consciences endormies. Il claque comme un drapeau, et on ne peut le lire sans une profonde fierté d'avoir connu de tels hommes. ( numéro 5, mai 1982 ).
Page de gloire
5/5 Revue des cercles d'études d'Angers
.----. La guerre d'Indochine peut paraître loin. Ceux qui l'ont faite sont prêts de la retraite. Elle est pourtant l'une des pages de gloire de l'histoire des soldats de la France. Ceux qui, politiquement, ont organisé l'abandon de l'Indochine n'ont pu empêcher l'héroïsme de ceux qui y sont morts pour la liberté et pour cette fille ainée de l'Eglise en Extrême-Orient.----....---...--..-. René Moreau est un des survivants de ceux qui ont vécu le martyr auquel le marxisme-léninisme les a condamnés. 8 ans de détention, dans les pires conditions, dont 4 ans dans une cage en bambou, n'ont pas eu raison de sa force d'âme et témoignent à la fois de son héroïsme, de son horreur du communisme intrinsèquement pervers. ( suite... ).