Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

Je n´ai pas dit mon dernier mot

Référence : 128554
5 avis
Date de parution : 16 mars 2023
Auteur : ZEMMOUR (Eric)
EAN 13 : 9782957930524
Nb de pages : 352
21.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
En stock expédié demain
Voir la disponibilité en magasin

Description
"J'ai vu ce qu'un journaliste ne pourra jamais voir et je vous dis ce qu'un politique ne pourra jamais dire.
Je pensais bien connaître le milieu politique. Puis je suis entré dans l'arène et j'ai été surpris chaque jour. Les pièges, les coups bas, les coups de théâtre, les faux-semblants, les faux amis, tous les arcanes de cet univers : les médias qui l'animent, le conditionnent, le détournent, le retournent ; les sondeurs qui le façonnent et les politiciens qui en vivent.
Ces rouages bien huilés d'un milieu que j'ai dérangé.
Vous allez vivre à mes côtés cette campagne hors normes, belle, risquée, haletante, comme on ne vous l'a jamais montrée, et tout savoir de mes fiertés, de mes regrets, mes angoisses et mes plus belles rencontres.
Je vous livre ce que j'ai appris de notre pays, de notre peuple, ses fractures, ses espoirs, ses paradoxes et ses combats à venir, tout ce que cette élection va enfanter dans les mois, les années à venir.
Vous l'aurez compris : je n'ai pas dit mon dernier mot."
TitreJe n´ai pas dit mon dernier mot
Auteur ZEMMOUR (Eric)
ÉditeurRUBEMPRE (EDITIONS)
Date de parution16 mars 2023
Nb de pages352
EAN 139782957930524
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)33
Largeur (en mm)158
Hauteur (en mm)245
Poids (en Kg)0.55
Les avis clients
« Tonton Cristobal est revenu »
5/5 https://www.causeur.fr/
.----. Invité hier soir sur CNews, l’ancien candidat à la présidentielle Eric Zemmour a retrouvé un plateau qui lui est très familier. Il y présentait son nouveau livre, Je n’ai pas dit mon dernier mot (Rubempré). Forcément, Causeur était devant sa télé! L’émission n’avait été créée (presque) que pour lui. On était en octobre 2019, CNews venait tout juste de récolter l’étiquette de « Fox News à la française » et lançait Face à l’info. À 19 heures, chaque soir de la semaine, Eric Zemmour était le principal produit d’appel du programme. Et puis, quand la rumeur d’une entrée en campagne a commencé à bruire, à l’automne 2021, le polémiste a bien été obligé d’abandonner l’émission quotidienne. Alors, quand hier soir, Christine Kelly recevait le président de « Reconquête », à l’occasion de la sortie de son dernier livre, on avait presque envie de chantonner « Tonton Cristobal est revenu » ! [Extrait de Causeur et signé : Frédéric Magellan le 16 mars 2023 ] P.S. : Causeur : Venez-nous voir, il ne vous sera fait aucun mal. Visitez le site, achetez ou abonnez-vous au magazine, faites-le connaître à vos amis et à vos ennemis. Vous risquez de vous énerver, pas de vous ennuyer. ( Elisabeth Lévy directrice de la rédaction )
Une citation à l’occasion de la sortie de son livre
5/5 https://lalettrepatriote.com/
.----. « J’ai été combattu et battu par les médias, ce fut mon adversaire principal pendant la campagne. J’ai découvert à quel point leur capacité de sidérer la population était puissante. » A PROPOS DE LA LETTRE PATRIOTE : C’est l’histoire de quatre Français expatriés qui se retrouvent autour d’un projet simple : véhiculer l’amour de la France. Une démarche positive La Lettre Patriote est consacrée à l’amour de la France, à travers une démarche positive. Contrairement à beaucoup d’autres sites qui se revendiquent du patriotisme, nous refusons catégoriquement tout type de racisme, antisémitisme, islamophobie, homophobie, transphobie, ainsi que tout extrémisme. Nous croyons qu’on peut aimer son pays et sa nation sans aucune haine des Autres, comme l’amour qu’on porte à sa mère n’a aucune incidence négative sur le regard qu’on porte sur les autres mères. Les informations publiées sont toutes vérifiées par notre rédaction. Néanmoins, si vous pensez qu’une information manque de clarté ou que sa source n’est pas fiable, malgré nos vérifications, écrivez-nous à contact [@] lalettrepatriote [.] com afin que nous puissions s’il le faut apporter les correctifs nécessaires. Sur La Lettre Patriote, les éditoriaux d’opinion sont indiqués comme tels et sont séparés des articles d’information.
Sera-t-il un succès de librairie ?
4/5 https://www.bvoltaire.fr/
.----. Il avait présenté son livre, La France n'a pas dit son dernier mot (Rubempré), comme un coup de semonce médiatique : l'ouvrage fut finalement le point de départ d'une rocambolesque épopée électorale. Éric Zemmour sait que la droite, culturellement, historiquement, est habituée aux tentatives désespérées, pleines de panache, qui terminent, quand elles échouent, moquées par une opposition combinarde qui n'a jamais compris l'idéalisme. Il faut un peu refaire l'Histoire. Après l'assassinat du duc de Berry, fils de Charles X, sa veuve en exil tenta, sous Louis-Philippe, de débarquer en France pour reprendre le trône aux Orléans. Elle rêvait d'un embrasement spontané : ce fut un feu de paille. À sa mort, Édouard Drumont dira que sa vie inspirerait un chroniqueur de la trempe de Froissart et qu'à sa mort, on souhaiterait entendre Bossuet. Trop tard. En 1873, son propre fils, le comte de Chambord, se tiendra lui-même à deux doigts d'une restauration pacifique, voulue par le peuple et les députés. L'échec rageant, contre l'évidence même, c'est aussi une part du paysage intérieur de la droite française, malheureusement. Mais il n'y a jamais de fatalité. C'est justement contre cette fatalité que paraît, comme si de rien n'était, « le dernier Zemmour », dernier en date et pas dernier tout court, cela semble désormais évident. Je n'ai pas dit mon dernier mot est un titre malin, manière de mêler son destin à celui du pays, tout en tirant les leçons de son échec. Éric Zemmour présente son livre en une minute trente, sur Internet, en lisant un extrait qui le met en scène juste avant le meeting de Villepinte. Ce sera l'occasion, pour les électeurs de Reconquête, de revivre ce grand huit émotionnel au cours duquel ils ont vraiment cru que, cette fois, la France allait s'en sortir. Le RN, habitué à la diabolisation et aux revers de fortune, se moquera superbement des scores électoraux de ce parti, pourtant le premier de France en nombre d'adhérents, qui a peiné a transformer l'essai en « se faisant plaisir », comme disent les éléments de langage marinistes. Les Républicains ? Ecartelés entre Renaissance, l'opposition à « la haine » et la tentation utopique d'incarner une opposition (on se demande laquelle) au consensus bourgeois, ils ne diront probablement rien. Jeudi 16 mars, Éric Zemmour reviendra donc sous le feu des caméras parisiennes, avant de partir en tournée. Il aurait pu jeter l'éponge. N'avait-il pas dit lui-même que sa candidature était l'unique chance de sauver la France de ce qui, logiquement, l'attendait, à savoir le Grand Remplacement et le grand déclassement ? Ça n'aurait pas manqué de panache qu'il décide de tout envoyer promener, de se dire que les gens étaient des veaux, de prendre un temps « pour réfléchir » et d'attendre qu'on ait besoin de lui dans un hypothétique Colombey. Cela aurait manqué, toutefois, dans un régime de l'immédiateté, au sein duquel une actualité chasse l'autre, du plus élémentaire sens politique. Avec ce livre, qu'on imagine sans aigreur ni complaisance, Éric Zemmour achèvera probablement sa mue : c'était un éditorialiste érudit, pour qui la politique, c'était Cincinnatus ou de Gaulle, et l'Histoire, Bainville ou Michelet. Le voici devenu dirigeant politique à part entière : il va devoir se faire plus souple, avoir le cuir plus solide encore et, surtout, surtout, se faire aimer des gens ordinaires qui auraient dû, dans son esprit, se rallier à la « bourgeoisie patriote » et qui ne sont jamais venus. Je n'ai pas dit mon dernier mot sera-t-il un succès de librairie ? On imagine que oui - un gros succès, même, probablement - mais, au fond, là n'est pas l'essentiel. Ce qui compte, c'est qu'un discours politique de fond continue de se faire entendre, un autre discours que les éructations de fin de banquet de la NUPES face aux bras d'honneur de Dupond-Moretti. Que cela vienne du RN, des derniers LR de droite ou de la fin de l'adolescence de Reconquête, il n'est pas temps de discuter des étiquettes. Il est seulement temps de rendre à notre cher vieux pays la dignité et la grandeur que les « winners » du « nouveau monde » veulent absolument lui faire perdre. [ Signé : Arnaud Florac - Chroniqueur à BV le 13 mars 2023 ] P.S. : BOULEVARD VOLTAIRE c'est : œuvrer, petit à petit, à restaurer le vrai débat d'idées qui manque tant dans notre pays ; Donner la parole aux experts ou aux personnalités militantes qui s'opposent à la pensée unique et sont bannis des plateaux télé ou des émissions de radio ; Maintenir un espace de liberté d'expression et d'opinion, sur Internet, qui échappe à la censure du « médiatiquement correct » ; Continuer à diffuser sans relâche l'information alternative qu'on ne trouve pas dans les grands médias.
E.Z. réussira toujours à m’émouvoir !
4/5 https://ripostelaique.com/
.----. Éric Zemmour réussira toujours à m’émouvoir par son authenticité Je vais acheter, bien sûr, le livre d’Éric Zemmour, et le dévorer très rapidement, j’en suis certain. J’ai par ailleurs regardé, ce mercredi, l’émission “Face à l’Info” avec Christine Kelly. Je le dis en toute humilité : Éric Zemmour réussira toujours à m’émouvoir, et je ne hurlerai jamais avec les loups, même quand ils sont dans mon camp, et que cela peut être des amis, contre lui. Et pourtant, je peux avoir des désaccords, que je n’ai pas cachés lors de vidéos précédentes. Mais son authenticité, sa sincérité, sa chaleur, son amour du vrai débat, son respect de l’autre, réussiront toujours à m’émouvoir. D’autre part, il est le seul qui a compris que le combat essentiel, c’est celui qu’il mène contre le Grand Remplacement, l’invasion de nos campagnes et l’islamisation de notre pays. Je lui serai toujours reconnaissant de la formidable campagne qu’il a menée, et des moments inoubliables que j’ai passés, grâce à lui. [ Signé : Pierre Cassen le 17 mars 2023 ] P.S. / Qui sommes-nous ? Le site Riposte Laïque a été créé en août 2007, par des anciens animateurs du journal en ligne Respublica. Il se réclame des principes laïques et républicains, et réunit des patriotes de gauche et de droite qui n’acceptent pas l’islamisation de leur pays, et le silence complice de la gauche et de la droite, devant ce péril mortel pour nos valeurs. Le journal en ligne Riposte Laïque est édité par l’association israélienne Réponse Laïque
Contre ses avis sur De Gaulle !
3/5 https://ripostelaique.com/
.----. Je viens de lire avec grand intérêt le livre d’Éric Zemmour « Je n’ai pas dit mon dernier mot » et, mais ce n’est pas un scoop, je partage non seulement 90 % de ses propos mais j’ai adhéré également à son parti « Reconquête » pour le soutenir jusqu’au bout. Je me suis permis de le conseiller au sujet des futures élections : Qu’il reste le président de son parti mais qu’il confie à Marion Maréchal la tête de liste de ses candidats et cela afin qu’il obtienne les meilleurs résultats possibles. J’avais assisté avec grand intérêt à son « face à face » sur de Gaulle avec le regretté Denis Tillinac. Bien entendu, j’étais en total désaccord avec celui-ci concernant ses appréciations sur le Général, et notamment son départ à Londres, en 1940 et, ensuite, ses affirmations concernant le rôle joué par de Gaulle lors du putsch des généraux, et les évènements d’Algérie, précisant qu’il avait évité une « guerre civile » en France en empêchant un coup d’État militaire. Denis Tillinac était né en 1947 et n’avait donc que 14 ans lors des années 1961/1962, donc il ne témoignait uniquement que sur ses lectures car il m’étonnerait qu’à cet âge il se soit intéressé fortement, notamment de sa province, à ce qui se passait réellement dans la capitale. J’ai dit que j’étais à 90 % en accord avec Éric Zemmour sur ses propos, reste le 10 % de désaccord presque total et, mais vous l’avez déjà compris, il s’agit de son « admiration » sur de Gaulle. Qu’il me permette donc de m’opposer à « ses » certitudes car, compte-tenu de mon âge et de ma profession, j’ai vécu et je tiens ces renseignements directement de ceux qui ont vécu ces événements, notamment par exemple Georges Bidault, dont j’étais l’un des collaborateurs (Souvenez-vous : c’était l’homme qui dégageait le chemin sur les Champs-Élysées écartant les passants devant le Général. Il a été par la suite supprimé de la photo), mais également de mon « patron » du quotidien « L’Aurore », Robert Lazurick, député socialiste à l’époque, et qui se trouvait en compagnie de Georges Mandel cette fameuse nuit ou le Général a pris l’avion pour Londres. De Gaulle, secrétaire d’État à la Défense du gouvernement Reynaud, avait espéré jusqu’à la dernière minute sa nomination comme ministre de la Défense dans le nouveau gouvernement Pétain. En n’entendant pas prononcer son nom, il s’était précipité vers l’aéroport pour occuper la place réservée justement au ministre Mandel, qui avait refusé d’abandonner le territoire français, estimant qu’on l’incriminerait de fuir, étant juif. Que serait devenu de Gaulle s’il avait été nommé ministre de la Défense du gouvernement Pétain ? Personne ne peut le dire mais on peut le supposer. Je sais que Zemmour est parfaitement informé que jamais les Français d’Algérie n’auraient fait appel à de Gaulle pour sauver ces trois départements français. Les Français d’Algérie n’aimaient pas de Gaulle qui ne les aimait pas non plus. C’est bien un complot qui a amené le Général au pouvoir, un complot qui a débuté en 1956 avec la tentative d’assassinat du général Salan organisée par Michel Debré, trompé, comme de nombreux de ses partisans, par le machiavélisme de De Gaulle. En ce qui concerne l’affaire du putsch des généraux, de Gaulle était parfaitement tenu au courant, minute par minute, par son gendre, le colonel de Boissieu. Il savait parfaitement qu’il n’y aurait aucun parachutage sur Paris et a fait courir l’information afin d’obtenir les pleins pouvoirs, qu’il a d’ailleurs obtenus par ce stratagème. Il est bien dommage que l’on se réfère toujours à des « historiens » qui n’ont appris l’Histoire que par leur lecture, par les livres des autres, choisis souvent selon leur idéologie, n’est-ce pas le cas d’un Benjamin Stora par exemple, en ce qui concerne l’Algérie ? Je ne sais pas si Éric Zemmour a lu mon livre « J’accuse de Gaulle », mais, si ce n’est pas le cas, je me ferai un plaisir de le lui offrir, comme je conseille également sa lecture à tous les « illuminés » gaullistes, souvent de bonne foi, qui parle du Général sans le connaître ou, plutôt, en croyant le connaître. Qu’ils n’oublient jamais que de Gaulle a, sans hésitation aucune, fait tirer des Français contre des Français, à Dakar, puis en Syrie et, enfin, en Algérie, en 1962, et que cela a été évité de justesse lors des évènements de Mai-68. Ne l’a-t-il pas d’ailleurs reconnu devant le ministre Alain Pierrefitte ? Cher Éric Zemmour vous pouvez me croire « de Gaulle a trahi ses proches et les Français d’Algérie et n’a évité aucune guerre civile en France, bien au contraire, car, si guerre civile il y avait eu, c’est bien lui, par son machiavélisme, qui l’aurait provoquée. » J’espère que nous aurons un jour l’occasion d’en débattre. Ce serait un vrai plaisir ! [ Signé : Manuel Gomez le 24 mars 2023 sur Riposte Laïque ]