Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

En raison des vacances, nous serons en effectif réduit jusqu'au 18 août, et serons fermés du 27 juillet au 4 août.

Jonas ou le désir absent

Référence : 412
2 avis
Date de parution : 23 mars 2009
EAN 13 : 9782916727448
Nb de pages : 111
14.50
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié aujourd'hui
Voir la disponibilité en magasin

Description
L'histoire de Jonas, dans la Bible, évoque la miséricorde d'un Dieu qui se rend proche de tous ceux qui le cherchent. Moderne dans le refus de Dieu, moderne dans la révolte, moderne dans la dépression, moderne aussi dans l'intégrisme paradoxal, Jonas constitue l'archétype le plus pur des désenchantements de l'homme moderne. Comment Jonas, muré dans son rêve éveillé, nous ressemble-t-il ? Comment apparaît-il incapable de donner forme à son désir ? Voici une méditation de ce "signe de Jonas", signe dont le Christ a parlé dans l'Évangile, un parcours à travers les Écritures, la philosophie, la psychologie pour desserrer les verrous du cœur et ouvrir grand les ailes de l'âme.   

Né en 1962, docteur en philosophie, Guillaume de Tanoüarn est prêtre et membre de l'Institut du Bon Pasteur. Directeur du Centre Saint-Paul à Paris et de la revue Objections, il est l'auteur d'une thèse sur le cardinal Cajétan (1469-1534) parue au Cerf en 2009.
TitreJonas ou le désir absent
Auteur TANOUARN (Abbé Guillaume de)
ÉditeurVIA ROMANA (EDITIONS)
Date de parution23 mars 2009
Nb de pages111
EAN 139782916727448
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)5
Largeur (en mm)135
Hauteur (en mm)205
Poids (en Kg)0.14
Les avis clients
Des chemins originaux !
4/5 Aletheia .
.----. L’abbé de Tanoüarn est un écrivain abondant, surprenant parfois par ses références à la littérature classique ou contemporaine. Sa façon d’écrire et d’aborder les problèmes le rapproche plus d’un Balthasar que des grands représentants de l’École romaine de théologie (un abbé Berto ou un abbé Lefèvre jadis, un Mgr Piolanti hier, un Mgr Gherardini aujourd’hui). Son dernier livre ne déroge pas à sa manière de conduire son lecteur sur des chemins originaux. C’est une lecture accompagnée du livre biblique de Jonas. Le prologue (« Mon apocalypse du désir ») est un clin d’œil à Boutang, non nommé, et les démonstrations n’en sont pas, pourquoi ne pas le dire, toujours convaincantes. Après la satisfaction du désir, il ne resterait « rien » : que la « satisfaction », l’« autoréalisation ». On pourrait en débattre. Mais le fond du livre est ailleurs. Il est dans la lecture des aventures de Jonas comme un enseignement sur l’absence de désir. C’est « un manque de confiance en Dieu qui pourrit la vie de Jonas et qui en fait un fugitif et un vagabond sur la terre » (p. 43-44). Puis, au milieu de la tempête, il va s’offrir « en un sacrifice propitiatoire, en un sacrifice capable d’apaiser le Dieu tout-puissant ». Ce sacrifice le sauve. Mais sa mission ne fait que commencer. Il doit appeler les Ninivites à la pénitence. Les pages de l’abbé de Tanoüarn sur l’universalisme de l’appel de Dieu et sur l’universalisme du salut sont belles et réconfortantes. « Dieu a une volonté d’amour qui tient compte du moindre Bien accompli. Dieu se reconnaît, Lui l’auteur de tout bien, dans le plus petit élan vers le bien. Si c’est un élan sincère ». [ Yves Chiron dans : Aletheia, n°140, avril 2009 ]
Il faut retrouver le désir .
4/5 L'Homme Nouveau .
.----. C’est par un clin d’œil à Pierre Boutang que l’abbé Guillaume de Tanoüarn se lance dans cette réflexion sur Jonas et la signification de cette histoire rapportée par les Saintes Écritures. À vrai dire, le sous-titre du livre « le désir absent » étonne quelque peu le lecteur qui s’attendrait à entrer dans une exégèse classique. C’est pourquoi il recourt autant à la théologie qu’à la philosophie et à la psychologie pour scruter cet étrange récit biblique. Plus que Jonas, c’est, en effet, l’homme contemporain qui intéresse l’auteur et s’il se réfère à Jonas, qui a malgré tout des choses à dire, c’est pour mieux répondre aux besoins d’une humanité blessée et qui a la prétention de l’ignorer. « Jonas, écrit l’auteur dans son épilogue, n’a pas envie de Dieu. » Son désir s’est éteint définitivement par refus de Dieu et de sa miséricorde. On trouve là effectivement un archétype de l’homme moderne, perdu dans son désenchantement et qui ouvre la porte à ce que l’auteur appelle l’intégrisme de Jonas. Pour Guillaume de Tanoüarn, c’est clair : il faut retrouver d’urgence le désir. [ Stephen Vallet dans le numéro 1447 - 6 juin 2009 de " L'Homme Nouveau " ( 10 rue Rosenwald - 75015 - Paris ) ]