Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

L´esprit révolutionnaire juif et son impact sur l´histoire du monde

Référence : 109785
3 avis
Date de parution : 2 octobre 2019
EAN 13 : 9782816204544
Nb de pages : 1232
49.00
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Expédié à partir du 17 juin
Voir la disponibilité en magasin

Description

Au-delà de ce qui explique les mouvements révolutionnaires juifs sous l'angle strictement politique, le dernier livre d'Eugène Michael Jones explore le substrat théologique d'une histoire trop souvent ignorée ou déformée. Cet ouvrage polémique, qui paraît à son heure, vise à recadrer le débat oecuménique, nous aide à comprendre le monde moderne et, peut-être surtout, nous parle de ce que nous sommes.  

Témoignages de lecteurs notoires :  

"Mes propres recherches m'ont appris que le pogrom de Kielce, par exemple, avait été indûment exploité pour servir à prouver l'historicité d'actions polonaises visant à l'extermination des Juifs. L'ouvrage magistral de Jones est un merveilleux antidote à une telle "croyance conventionnelle" touchant l'histoire juive en général. Puisse-t-il changer les esprits et les coeurs."
Iwo Cyprian Pogonowski, auteur de "Jews in Poland : A Documentary History", de "Poland : An Illustrated History" et de "Poland : A Historical Atlas"  

"Le Dr E. Michael Jones traite avec audace d'un thème particulièrement tabou qui devrait donner des frissons aux membres respectables de l'Église catholique actuelle, puisqu'il exprime des points de vue jadis dominants. Même lorsqu'on ne peut se ranger à ses principales interprétations, il exprime des idées qu'on a peine à réfuter (dans la mesure où elles contiennent toujours des éléments de vérité) et qui ne sauraient être balayées d'un revers de main au nom du politiquement correct oecuménique... Jones écrit bien, et il attire l'attention sur des faits religieux et historiques rarement évoqués."
Stephen J. Sniegoski, Ph.D, auteur de "The Transparent Cabal : The Neoconservative Agenda" et de "War in the Middle East, and the National Interest of Israel"  

"L'Esprit Révolutionnaire Juif", écrit par E. Michael Jones, est un ouvrage monumental qui passe en revue deux mille ans de relations difficiles entre la Chrétienté et les Juifs. Il tend à relier les stratégies juives de révolution permanente à la rébellion juive permanente contre le Christ (Logos). Cet ouvrage opportun peut aider à retrouver l'équilibre perdu entre les tendances judaïques et les tendances chrétiennes de l'esprit occidental."
Israel Shamir, auteur de "Flowers of Galilea" et de "Cabbals of Power"  

"Si vous êtes assoiffé de vérité, las du politiquement correct et prêts à vous plonger dans ce que le reste de la société considère comme un domaine de connaissance interdit... alors vous ne pourrez plus lâcher le livre d'Eugene Michael Jones jusqu'à la dernière page. Car cet ouvrage vous fournira les clés pour comprendre notre civilisation moderne turbulente, sans Dieu et opportuniste comme aucun autre avant lui ne l'a fait, ou plutôt n'a eu le courage de le faire."
Robert A. Sungenis, auteur de "Not by Faith Alone: A Biblical Study of the Catholic Doctrine of Justification"

"Jones montre que la guerre culturelle qui se poursuit depuis un peu plus de quarante ans entre les catholiques et les Juifs se caractérise par une longue série de victoires pour le camp juif. Il signale que les Juifs avec qui "dialoguent" les prélats et intellectuels catholiques libéraux sont des créatures non pas de la Torah, qui est la Parole de Dieu, mais du Talmud, à savoir le système rabbinique mis en place ultérieurement dans le but, entre autres, d'empêcher les Juifs de se convertir au christianisme."
Professeur David O'Connell, auteur de "François Mauriac Revisited" et de "Louis-Ferdinand Céline"

TitreL´esprit révolutionnaire juif et son impact sur l´histoire du monde
Auteur JONES (Dr E. Michael)
ÉditeurSAINT REMI (EDITIONS) ESR
Date de parution2 octobre 2019
Nb de pages1232
EAN 139782816204544
PrésentationBroché
Épaisseur (en mm)54
Largeur (en mm)265
Hauteur (en mm)188
Poids (en Kg)2.08
Biographie
Eugène Michael JONES
Eugène Michael JONES E. Michael Jones est né le 4 mai 1948 à Philadelphie. Il a obtenu son B.A. de l'Université St. Joseph en 1970 et sa maîtrise de l'Université Temple en 1973. Voir plus
Critique du libraire
Très belle édition. Traduction professionnelle de l'américain au français par François Thouvenin, et préface de Pierre Hillard.
Les avis clients
esprit révolutionnaire juif
5/5 jean charles
excellent livre très fouillé, peut etre parfois un peu trop dans l anecdote aurait sans doute profité d'une approche plus synthétique plus ramassée 800 pages auraient probablement suffies
L'observatoire du conspirationnisme mis à jour le 02/09/2020.
5/5 https://www.conspiracywatch.info/
.----. E. Michael Jones (1948 – ) est un activiste antisémite ( ndlr : terme inadéquat à notre avis ) américain. Ce catholique traditionaliste hostile au concile Vatican II estime que les États-Unis sont dirigées par les « élites médiatiques juives » et que les juifs sont derrière la franc-maçonnerie et la Révolution française. Selon lui, la Shoah est une « réaction au messianisme juif (sous la forme du bolchévisme) » et les juifs empoisonneraient la société avec des penseurs tels que Karl Marx (un adepte de Satan selon lui) et Sigmund Freud (qui aurait déclenché une épidémie de péchés sexuels). E. Michael Jones doit essentiellement sa notoriété à son ouvrage The Jewish Revolutionary Spirit (2008), compilation de textes publiés dans Culture Wars et traduit en français en 2019 par les éditions Saint-Remi sous le titre L’Esprit révolutionnaire juif et son impact sur l’histoire du monde. L’ouvrage est préfacé par l’essayiste complotiste Pierre Hillard. Après une brève expérience de professeur vacataire de littérature américaine, E. Michael Jones lance en 1981 un magazine, Fidelity, « consacré à la dénonciation des méfaits de l’Église, en mettant l’accent sur le sexe, un sujet qui semble [l’]obséder », note l’organisation antiraciste américaine Southern Poverty Law Center. En 1996, Fidelity change de nom pour devenir Culture Wars. Jones y dénonce violemment la « vision juive du monde ». Le militant catholique traditionnaliste et négationniste américain Robert Sungenis collabore au site web du magazine, lequel s’appuie régulièrement sur des sources comme l’American Free Press de l’activiste négationniste Willis Carto. En 2010, E. Michael Jones participe à un colloque promouvant le géocentrisme, « Galileo Was Wrong, The Church Was Right » (en français : « Galilée avait tort. L’Eglise avait raison »), organisé par Sungenis. En septembre 2020, il participe aux 50èmes Journées Chouannes à Chiré-en-Montreuil (Vienne) où interviennent également Pierre Hillard et Valérie Bugault.
Talmud , Franc-maçonnerie ...
5/5 Rivarol / Judas le Prince.
.----. Le troisième ouvrage que j’ai retenu est celui de E. Michael Jones, L’Esprit révolutionnaire juif, publié en français par les Editions Saint-Rémi en 2019 . Cet énorme livre de plus de 1100 pages grand format date de 2008. Il est très bien préfacé par Pierre Hillard qui sans surprise replace ses thèmes favoris (la triple donation de Jeanne d’Arc, le complot sabbato-frankiste et la « tournure d’esprit » juive de la noblesse anglo-saxonne), tout en prenant des précautions dès la douzième ligne de sa préface en fustigeant les « diatribes anti-juives ne reposant sur aucune référence solidement établie ». Mais l’essentiel est dans l’introduction de l’auteur lui-même et dans certains de ses chapitres. Le Juif est révolutionnaire car il n’accepte pas le Logos. Le Logos est la Seconde Personne de la Trinité. A partir de là, l’auteur, catholique fervent, va examiner en trente-deux chapitres les manifestations de cet esprit révolutionnaire. C’est dire qu’à la différence de Douglas Reed (La controverse de Sion, autre référence incontournable), il ne prétend pas être exhaustif en égrenant de façon linéaire toute l’histoire depuis 2000 ans mais cible ce qui lui a paru le plus important. L’ouvrage est aussi important en ce qu’il porte un regard américain sur l’histoire et non plus européen à l’instar d’un Michael Hoffmann II (cf ma chronique dans Rivarol n° 3354 du 28 novembre 2018). Compte tenu de la taille de l’ouvrage, je ne commenterai rapidement que deux chapitres, le 3e sur le Talmud et le 12e sur la franc-maçonnerie. Le chapitre sur le Talmud est remarquable. Il est précédé de longs passages sur les émeutes anti-juives en Allemagne au 12e siècle siècle dues à l’usure pratiquée par les juifs. L’auteur, textes à l’appui, montre que papes et évêques n’ont cessé de défendre les juifs contre la vindicte populaire jusqu’à ce qu’ils découvrent les hérésies cathares et albigeoises soutenues par les juifs ainsi que le gnosticisme (pages 121 et 130). Saint Agobard avait déjà mis en garde les souverains carolingiens mais il ne connaissait pas le Talmud. Quand les pontifes et les rois de France découvrent ce qu’est le Talmud, alors ils décrètent les juifs extra legem. Non seulement ils rejettent le Christ mais ils rejettent leur propre loi. Et affirment la suprématie du Talmud sur la loi ancienne, ce que je crois avoir démontré parfaitement dans mon ouvrage Talmud. Voyage au bout de la nuit. . Il est très amusant de remarquer que les juifs eux-mêmes font appel à l’Eglise pour se débarrasser du rationaliste Maimonide, chose peu connue (page 133). Sur la franc-maçonnerie l’ouvrage est tout aussi convaincant. Il fait remonter la première loge à Francis Bacon en 1579, fortement inspirée de la kabbale, la création de la première loge of cielle en 1717 étant une légende whig. Et l’auteur d’avoir une phrase décisive : « Le lien crucial entre l’ère protestante et l’ère communiste, ce fut la franc-maçonnerie (op.cit. page 510). Les premiers juifs en Amérique étaient des francs-maçons (op. cit. page 517). » Je laisse le lecteur continuer ce magnifique chapitre puis l’ouvrage tout entier, rempli de références vérifiées, ce qui n’est pas toujours le cas en France, sur les liens entre l’Angleterre et le judaïsme triomphant dont nous ne sommes hélas pas sortis. [ Article signé Judas le Prince , publié le 28 juillet 2020 dans Rivarol ]