Attention, vous utilisez un navigateur obsolète ! Vous devriez mettre à jour celui-ci dès maintenant !

Besoin d'un conseil, un souci technique, nous sommes à votre disposition dans le "Tchat".

ÉVÉNEMENT Journées Chouannes : pensez à réserver votre weekend du 31 août et 1er septembre 2024

La fabrique du crétin - La mort programmée de l´école (Poche)

Référence : 18002
2 avis
Date de parution : 1 février 2010
Collection : FOLIO DOCUMENTS
EAN 13 : 9782070333097
Nb de pages : 208
7.90
+ d'éco-contribution

Tarifs dégressifs

Tarif par lot

  • -
    soit le lot
Epuisé chez l'Editeur
Voir la disponibilité en magasin

Description
Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu'on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d'années ce qui fut l'un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses "preuves" l'école a cessé d'être le moteur d'un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent. Dès lors, que faire ? 
Jean-Paul Brighelli analyse avec une lucidité féroce, sans nostalgie exagérée, cette école de la réussite devenue si souvent école de l'échec programmé et donne des solutions pour une école de demain. Normalien, agrégé de lettres, il a, du collège à l'université, parcouru l'essentiel du paysage éducatif. Longtemps impliqué dans l'édition scolaire et parascolaire, il en démonte au passage les mécanismes et les intérêts convergents.
TitreLa fabrique du crétin - La mort programmée de l´école (Poche)
Auteur BRIGHELLI (Jean-Paul)
ÉditeurGALLIMARD (EDITIONS)
Date de parution1 février 2010
Nb de pages208
CollectionFOLIO DOCUMENTS
N° CollectionFOD 000035
EAN 139782070333097
PrésentationPoche
Épaisseur (en mm)13
Largeur (en mm)106
Hauteur (en mm)177
Poids (en Kg)0.12
Les avis clients
Conseil ...
5/5 Jean Saumur 49 .
.----. Sur le "Forum catholique", Paterculus conseil ce livre en donnant un lien avec ce site et en disant : " A force de réformer l'école en dépit de tout bon sens, on aboutit à produire des élites plus bêtes que les braves gens qui ont fait moins d'études. Cela ne date pas de 1990. La révolution culturelle a commencé en France dans les années cinquante Les bourgeois du XIXème siècle avaient plein de défauts, notamment ils étaient voltairiens, mais en tout cas ils ont voulu faire une école qui transmettrait à tous ce qu'ils considéraient comme leur valant leur réussite. Au contraire les communistes, à qui Monsieur De Gaulle a donné l'université en 1944, ont voulu faire du passé table rase, sciant la branche sur laquelle ils étaient assis. Leurs héritiers sont issus de la fabrique de crétin. Des situations analogues se sont retrouvées dans à peu près tous les pays d'Occident. Si on veut réformer l'Eglise, il faudra en revenir aux remèdes que l'Esprit-Saint lui a donnés, et bien avant la crise présente ( car elle n'est que la suite de la crise rationaliste ), en particulier l'enseignement de Saint Thomas d'Aquin, sans quoi on aura toujours des prélats en phase avec les produits de la fabrique..." Je trouve cette réponse très intéressante mais je regrette que l'influence des francs-maçons soit oubliée !! Je regrette aussi de ne pas pouvoir mettre un lien vers ce site, je ne sais pas faire, mais vous le trouverez facilement en cherchant "Forum Catholique" !!!
Il sait de quoi il parle !
3/5 Bibliothèque de combat
Laurent Lafforgue - 39 ans - Mathématicien, médaillé Fields 2000 - Professeur à l'Institut des Hautes Etudes scientifiques - Nommé au HCE par Jacques Chirac - Contraint à la démission après un courriel dans lequel il conseillait ce livre : C'est le dernier en date des livres de témoignage de professeurs, paru il y a deux mois. C'est un professeur de lettres (manifestement d'extrême gauche: il interprète la destruction de l'école comme l'effet d'un complot délibéré des classes dominantes "ultra-libérales". Cette interprétation est discutable, mais quand il dresse un constat de l'état de l'Ecole il sait de quoi il parle, et c'est ça qui est intéressant).